14/11/2007

Thurston Moore – Trees Outside The Academy

thurstonmoore-treesLa galaxie indie rock les vénère, les fans de musique alternative les encensent, nous revoici dans le monde agité des icônes Sonic Youth. Membre éminent – et pour cause – de du plus grand groupe de rock de ces vingt-cinq dernières années, Thurston Moore s’échappe en solo, accompagné du batteur sonique Steve Shelley, de la magnifique Christina ‘Charalambides’ Carter (pour le splendide duo Honest James) et de la violoniste Samara Lubelski (dont le très réussi album Parallel Suns est sorti cet automne). L’écoute du second album du compagnon de Kim Gordon (douze ans après le début Psychic Hearts) révèle, sinon confirme, la tentation pop prise par la jeunesse sonique depuis quelques années (les albums Sonic Nurse et Rather Ripped). Preuves, si besoin était, de l’influence majeure de Moore sur les compositions du groupe new-yorkais, des titres tels que The Shape Is In A Trance ou Fri/End sonnent le rappel du Sonic Youth dernière mouture, amplis débranchés en prime (le disque est essentiellement acoustique, à l’exception notable de Wonderful Witches, aux accents échappés de My Bloody Valentine). Tantôt inscrit dans la lignée de John Fahey (le jeu de guitare de Silver-blue, en ombre portée de Sonic Youth), plus souvent marqué par la finesse mélodique (atout majeur de l’album) d’une pop americana à l’ombre de Yo La Tengo réveillant Elliott Smith, le disque souffre toutefois d’un relatif – et étonnant – manque d’inspiration de Steve Shelley. La réserve est d’autant plus mineure que notre accueil est enthousiaste.

 

En concert à l’Ancienne Belgique

En écoute sur MySpace

En live sur KCRW

Un mp3: Thurston Moore – Fri/End

Un disque : Thurston Moore Trees Outside The Academy (Cargo Records)

13/11/2007

Chica And The Folder – Under The Balcony

chicafolder-underQuand la versatilité positive de Gudrun Gut déteint sur les artistes de son label Monika Enterprise, ça donne le second album de Chica And The Folder. La suite sur Octopus.

 

En écoute sur Boomkat

Un disque : Chica And The FolderUnder The Balcony (Monika Enterprise)

La splendide ludothèque de Modified Toy Orchestra

modifiedtoyorchestraAh, ah, te voilà pris à collectionner les Tappers du Wire, la main dans le sac. Plus la peine de te cacher, tout le monde t’a vu dodeliner du front à l’écoute de l’imparable (et qui plus est inédit) Black Star de Modified Toy Orchestra (alias Brian Duffy). Et tu t’es dit, fortiche le gars, fortiche. Allez, avoue.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3: Modified Toy Orchestra – Black Star

11/11/2007

Metric – Grow Up and Blow Away

metric-growupNous la connaissons tous, la belle histoire d’Emily Haines. Des débuts difficiles, un premier album enregistré à la sortie avortée, un deuxième album échappé dans le film Clean, un single imparable d’évidence (Dead Disco) qui leur vaut une reconnaissance internationale, avant un décevant troisième essai en 2005 (et une première partie des Rolling Stones), sans même parler du très moyen disque solo de la demoiselle (bien loin des références Marissa Nadler ou Meg Baird). Deux années plus tard, nous voici de retour en 1999, pour la sortie (enfin) de ce Grow Up…, le ci-devant nommé premier opus avorté. A l’époque, Metric n’est encore qu’un duo (Haines et le guitariste Jimmy Shaw), le genre n’est pas encore aux sauts de cabri, plutôt à une pop gentillette, voire primesautière. Tels des Cardigans en phase de poussée hormonale, le duo de Toronto multiplie les chansonnettes sympathiques, et il n’y avait pas de quoi ressusciter ce succédané d’indie pop aussi léger que provisoire.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Metric Grow Up and Blow Away (Last Gang Records / Grönland)

09/11/2007

Centenaire – s/t

centenaireRéunion de la crème de l'indie pop frenchie, les quatre de Centenaire (Damien Mingus, Stéphane Laporte, Aurélien Potier et Orval Carlos Sibelius) ne pouvaient pas décevoir. La suite sur Octopus.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 (via Popnews): Centenaire – Take Me Home

Un disque : Centenaire s/t (Chief Inspector)

Belle & Sebastian - Live at the BBC (1996-1997, bootleg)

bellesebastian-livebbcElle fait partie des mythes indéboulonnables de la pop music de notre temps, la légende entourant les débuts de Belle & Sebastian. Auteurs en ces temps déjà lointains (1996 – 1997) de deux albums (Tigermilk et If You're Feeling Sinister) au faîte d'un genre entre fleur bleue et noire tristesse, Stuart Murdoch et toute la clique de Glasgow ont enregistré, à la même époque, plusieurs titres en live sur la BBC. En voici un bootleg, déniché sur le blog Julia Valentine.

09:51 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belle sebastian, mp3, bootleg, live, concert, pop |  Facebook |

08/11/2007

Shugo Tokumaru en état d'Exitation

ST-ExitBien qu’ils se soient – légèrement – estompés dans la masse des disques de folktronica, dépassés qu’ils furent par l’incroyable Benoît Pioulard ou la touchante Milenasong, les deux premiers albums de Shugo Tokumaru (Night Pieces et L.S.T.) demeurent un soutien précieux dans notre quête d’une inaccessible étoile échappée d’un film de Yasujiro Ozu. Et voilà que je me prends à sautiller tel un cabri à l’annonce de son troisième opus Exit. Comme quoi même à mon grand âge, la vie est encore pleine de surprises…

  

En écoute sur MySpace

Un mp3: Shugo Tokumaro – Parachute

Un disque : Shugo Tokumaro Exit (P-Vine Records)

07/11/2007

The Bonaparts, la marche de l'emperock

bonapartsAmi de la vague néo-disco punk made in France, tu t'étais déjà bien lâché sur Poni Hoax, souviens-toi. Dans la foulée, tu avais enchaîné les pirouettes en zone libre, passant de Gomm à My Sister Klaus, clope au bec et T-shirt Joakim prêt à rugir. T'inquiètes, en attendant le disque, la série continue avec la bande des quatre The Bonaparts, t'en as pas fini de soigner ton torticolis du dimanche matin.

 

A lire sur Octopus, un entretien de Camille Guynemer

En écoute sur MySpace

11:25 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : the bonaparts, rock, dico, punk, pop, french scene |  Facebook |

06/11/2007

Devendra Banhart – Smokey Rolls Down Thunder Canyon

Tu me l’avais pourtant dit que le nouveau Devendra Banhart – son septième, oui déjà – commençait bien, je t’avais répondu que il me Devendra Banhart – Smokey Rolls Down Thunder Canyondonnait des envies de Nescafé. Pas fâchée pour un espresso, tu m’avais rétorqué que le ténébreux barde vénézuélo-américain rendait hommage à ses racines latino, ta remarque avait glissé sur la carapace d’une indifférence bétonnée à coups de gugusses andins en poncho rue Neuve. Déjà, ton enthousiasme nourri aux gouleyantes mamelles Niño Rojo et Rejoicing in the Hands avait pris un coup sur la tête, tu n’en avais pas fini de bailler d’un ennui que tu n’avais plus connu aussi féroce que le dernier Damien Rice. Bien sûr, tes multiples tentatives de rabibochage te forçaient à croire en l’évanescente poésie du chef de file de la vague freak folk, ça ne faisait que confirmer ma propension à pointer un doigt accusateur sur un manque (ou un excès) d’imagination rompu par de trop rares exceptions (Shabop Shalom). Quand la posture néo-hippie céda le pas à la tentation pop (Tonada Yanomamanista), nous entrevîmes une tentative de réconciliation illusoire, elle ne dépassa guère le stade d’une déconnade soul à mille lieues de Sharon Jones et Nicole Willis, m’avouas-tu à demi-attristée (Saved). Quand vint le temps de cet interminable solo de guitare prog, je te soufflais à l’oreille le nom de Devendra Barnum et d’un clin d’œil complice, tu repris ta route.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Devendra Banhart Smokey Rolls Down Thunder Canyon (XL Recordings)

05/11/2007

PJ Harvey en session acoustique sur KCRW

pj-kcrwDisque déjà incontournable, le vibrant White Chalk de PJ Harvey prend par tous les pores, agrippe les cervicales pour mieux perforer les méninges, quitte à appuyer là où ça fait – très – mal. Prolongement de cet album d'une difficulté qui touche au sublime, la session enregistrée pour KCRW met encore plus à nu – oui, c'est possible – des chansons marquées du sceau de l'épure transcendée. Tiens, on était quel jour vendredi dernier, jour de la diffusion ? Le deux novembre, jour des morts, pas la peine de faire l'étonné, vieux.

 

En concert au Grand Rex (de 52 à 79 €, ouille!, seule date en Europe en cette fin 2007)

En écoute sur MySpace

Neuf mp3: PJ Harvey – Dear Darkness

PJ Harvey – The Devil

PJ Harvey – Grow Grow Grow

PJ Harvey – The Piano

PJ Harvey – White Chalk

PJ Harvey – The Mountain

PJ Harvey – Nina

PJ Harvey – Silence

PJ Harvey – To Bring You My Love

Un disque : PJ Harvey White Chalk (Island / Universal)