04/02/2007

Pas le musée des Horrors

deathatthechapel300Couillu et rageur comme des Libertines d’avant la gloire plongés en plein trip Stooges vs. Siouxsie, le punk rock des Anglais de The Horrors a branché Chris Cunningham, le réalisateur du fameux Come To Daddy d’Aphex Twin. Le buzz Sheena Was A Parasite (hommage au Sheena Was A Punkrocker des Ramones) faisant son effet, la blogosphère s’est ruée sur YouTube, à coups de dizaines de milliers de secousses telluriques. Toute tentative de résistance sera très sévèrement punie, enfermés que vous serez dans un bunker diffusant en boucle nos hontes nationales Malibu Stacy et Montevideo. Et ça sera bien fait.

 

En écoute sur MySpace

Deux mp3 The Horrors – Sheena Was A Parasite

The Ramones – Sheena Is A Punkrocker

Un disque : The Horrors – Death At The Chapel (Loog Records)

 

 

03/02/2007

Ghost – In Stormy Nights

arton2487La fondation du groupe japonais Ghost date de 1984. Cette année-là, je soufflais mes treizième bougies, mon père ses trente-septièmes, ses dernières aussi. Vingt-trois ans plus tard, le groupe de Masaki Batoh est toujours en grande forme et parvient à réconciler le neo-folk de Tunng et le rock bruitiste de Sonic Youth. Rendez-vous sur Drag City, une fois de plus.

 

Un mp3 Ghost – Motherly Bluster

Un disque : Ghost – In Stormy Nights (Drag City)

14:42 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ghost, drag city, folk, rock, preview, mp3 |  Facebook |

01/02/2007

Svarte Greiner - Knive

svarte_greiner-kniveUne embarcation saumâtre où Yann Tambour jouerait du violoncelle avec des corbeaux à l’affût de la brume, et c’est un monstre des lagunes reposant en les eaux poisseuses d’un marécage norvégien au sortir de l’hiver qui se gratterait la nuque de plaisir glacé. Plantés à l’horizon, des arbres à demi-vivants craquèlent de tout leur flanc, invitent-ils le clone de Christina Carter – en congé des Charalambides – à accompagner leur agonie ou est-ce le grincement d’une porte vermoulue d’humidité qui ferait ressurgir le fantôme des Sunno))) du fond du ventre de la bête humaine? Ces quelques descriptions ne suffiront jamais à évoquer la superbe – et inquiétante – fécondité des mille bizarreries qui peuplent ce disque déjà essentiel, tant la richesse de l’univers sombrement poétique de Svarte Greiner (aka Erik Skodvin du fantastique duo norvégien Deaf Center)  le dispute à la fertilité magnifiée de sa musique ambient sans cesse renouvelée. Que ceux que le terme effraie se gardent bien, toutefois, de snober l’œuvre au noir de l’artiste d’Oslo tant le mot est ici bien trop réducteur, à l’image de cet hallucinant Final Sleep évoquant bien plus Angelo Badalamenti que Harold Budd. D’une étrangeté fascinante, et remarquable d’à-propos novateur, la musique de Svarte Greiner nous offre tout simplement une pierre angulaire d’un genre que l’on croyait moribond et nous sommes prêts à prendre le pari qu’on reparlera encore de ce disque dans dix ou vingt ans.

 

Deux mp3 Svarte Greiner – The Boat Was My Friend

Svarte Greiner – Easy On The Bones

Un disque : Svarte Greiner – Knive (Type Records)

Les inédits de Nick

drakeLe fantôme du grand Nick Drake – icône absolue de tous les music freaks que compte le monde – risque de virer au vert, de rage. Alors que des trente-six années de son vivant, le ténébreux Anglais devait se contenter des miettes de la gloire, ses trois albums figurent aujourd’hui au panthéon mirifique des fans de tous les Bonnie ‘Prince’ Billy (bientôt en solo à l’Ancienne Belgique) de la planète. Preuve ultime du bon filon, le label Island s’apprête à sortir Family Tree, pour un ensemble d’inédits que chacun se devra de posséder. Tant que l’acabit demeure constat, je n’y vois pas d’inconvénient.

 

Un mp3 Nick Drake – Three Hours (Alternate Version)

Un disque : Nick Drake – Family Tree (Island)

11:23 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nick drake, mp3, preview, island, folk, pop |  Facebook |

30/01/2007

Drumcorps – Grist

drumcorps-gristAucun disque de pur métal n’a trouvé le chemin de ma discothèque, tout au plus les post métalleux de Isis se sont-ils fait un petit coin dans un rayon plus secoué aux côtés de Phallus Über Alles, Fugazi, McLusky ou Shellac. De métal pur jus, il ne sera pas encore question avec Drumcorps, projet solo incroyablement tordu de l'Amércain de Berlin Aaron Spectre. Pour se faire une petite idée, imaginer un Venetian Snares sous XTC crachant tout son venin hurlant au son de Slayer vs. Phallus Über Alles. Pan dans ta gueule de métalleux !

 

En concert le 17 février à Bruxelles (Structure Béton)

En écoute sur MySpace

Un mp3 Drumcorps – Botch Up & Die

Un disque : Drumcorps – Grist (Ad Noiseam)

Maxïmo Park are back

maximoparkfeature16hrTrès chouette groupe de festival (remember Dour 2006) et vrai OVNI de la galaxie Warp, Maxïmo Park est l’un des rares groupes capables de mener de front classe mélodique pop, frétillements jambiers (presque) disco et dynamisme rock. La présence du maître chanteur Paul Smith, trublion pop à l’élégance toute Interpolienne, conjuguée à la présence instrumentale ludique de ses comparses, avait fait souffler un réel vent de fraîcheur sur la scène pop rock des années 2005 – 2006. Les attentes sont posées, le successeur Our Earthly Pleasures (sortie prévue début avril) sait à quoi s’en tenir.

 

Un mp3 (via The Music Slut) Maxïmo ParkApply Some Pressure

Un disque : Maxïmo ParkOur Earthly Pleasures (Warp)

15:30 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : maximo park, mp3, preview, warp, pop, rock |  Facebook |

29/01/2007

Isis + Aereogramme – In The Fishtank 14

inthefishtank14Dans un bocal à poissons, le post metal des Californiens de Isis a rencontré l’univers revêche des Ecossais de Aereogramme. La suite sur Octopus.

 

Isis sur MySpace

Aereogramme sur MySpace

Un disque : Isis + Aereogramme – In The Fishtank 14 (Konkurrent)

28/01/2007

 V/A – 4 Women No Cry 2

4wnc2Les artistes féminines ont toujours trouvé leur juste place sur le label berlinois Monika. Rien que pour ces dernières années, Michaela Melian nous a fait cadeau du splendide Baden Baden, vision élégiaque d’une electronica mélodique qui marquera notre décennie, tandis que Barbara Morgenstern revisitait  avec panache l’electro-pop et les déjantées Cobra Killer revisitaient leur répertoire accompagnées d’un orchestre de mandolines à se déboîter la mâchoire. Fille de la compilation 4 Women No Cry 1, le présent disque s’inscrit dans la droite ligne de la structure dirigée par Gudrun Gut, entre pop music, électronique et féminisme.

 

Première de cordée, l’Autrichienne (de New York) Dorit Chrysler, nous fait voguer entre un Claude Lelouch enfin ironique (Spring Breeze) et un Mars Attacks de traviole où Ikue Mori ferait (oval) office de First Lady en manque de coke (My Sweet Chimera). Jouant d’un instrument analogique au nom étrange de theremin (du nom de son inventeur russe), elle propose également un clin d’œil un rien forcé à sa comparse Morgenstern se prenant pour Nico (Chlorophyll) qui nous empêche de totalement adhérer à son propos.

 

Changement de ton avec la Japonaise (de Londres) Mico. En trois titres bien troussés, Mieko Shimizu de son vrai nom balance un hippoptronica dont l’humour n’est pas la moindre des qualités, avant de rendre hommage à Ms. John Soda et Masha Qrella dans un anglais aux forts accents nippons. Charmant, voire désarmant.

 

Figure de la scène underground berlinoise, Monotekktoni (aka Tonia Reeh) se retrouve tout naturellement sur le label de sa ville natale. Telle une Laetitia Sadier perdue dans Kreuzberg au son d’un Steve Reich électro-pop, la camarade des Modeselektor fait partie des rares à même de mêler les rires aux larmes et d’apporter au dancefloor une touche de cynisme à rendre (presque, faut pas déconner non plus) sympathique les déchets soniques du genre David Guetta. Bonnes copines, Barbara Morgenstern et Gustav lui disent déjà danke schön, tout en s’étonnant de l’expressive mélancolie – limite pleurnicharde – de l’ultime Pappeln.

 

Dernière à entrer en lice, la Barcelonaise Iris a beaucoup écouté l’Autrichienne Eva Jantschitsch, alias Gustav. Sans toutefois parvenir au même degré de perfection électro-pop que sa consoeur viennoise, la musicienne catalane, qui doit aussi vouer un culte à la magnifique Tujiko Noriko, fait œuvre d’honnête artisane du genre et conclut en toute sérénité une compilation dont un des grands mérites est d’offrir un éclairage plus que bienvenu à quatre artistes dont on reparlera.

 

Dorit Chrysler sur MySpace

Mico sur MySpace

Monotekktoni sur MySpace

Iris sur MySpace

Un mp3 Monotekktoni – Operation

Un disque : V/A – 4 Women No Cry 2 (Monika)

22:22 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : electronica, pop, monika, mp3, critique |  Facebook |

26/01/2007

Shannon Wright, enfin le retour

shannon_swearl1Les origines de ce blog remontent à un des concerts les plus extraordinaires de ma déjà longue existence. Le contexte était particulier, trois (ou quatre, je ne sais plus) longues heures durant, j’avais poireauté en compagnie d’un stagiaire de Bang! à attendre la venue de Shannon Wright. De mauvaise humeur, grippée, la future comparse de Yann Tiersen avait préféré rester au chaud de son hôtel plutôt que de venir à l’interview. Le pire dans l’histoire étant finalement l’amateurisme de Bang!, même pas fichus de me donner le moindre renseignement sur l’heure définitive de l’interview. Qu’à cela ne tienne, l’ex-chanteuse de Crowsdell se pointe vers 19h30, la tronche plus bas que par terre, le moment est venu de la travailler au corps.

 

Rendez-vous une demi-heure plus tard dans les loges du Botanique, Miss Wright se prépare, elle doit jouer vers 21 heures. Pendant ce temps-là, je rate la première partie (Tamara Williamson), l’interview débute, l’ambiance est glaciale, ce fichu mal de crâne triture les méninges de Shannon, sa voix la trahit de temps à autre, dire qu’elle doit chanter dans moins d’une heure. Le temps passe, pas la rancœur, ni l’obsession quasi paranoïaque de ne pas dévoiler le contenu intime de paroles qui touchent au plus profond de sa personnalité. La camarade de Steve Albini (aux commandes de Over The Sun, le terrible dernier album en date) se montre rugueuse, les groupes de la nouvelle rock punk en prennent pour leur grade, sans jamais être cités explicitement, faut dire qu’il y a de quoi. Fin de partie, les Gang of Four sont passés par là, je sors de l’interview, confus et heureux d’avoir rencontré les yeux dans les yeux une des plus fortes têtes de la scène rock contemporaine. Son concert de ce soir-là, absolument fa-bu-leux de colère expiée, restera à jamais gravé dans ma mémoire.

 

Près de trois années se sont écoulées, Shannon Wright sort enfin un nouvel album, ce sera Let In The Light, un titre dont les apparences lumineuses risquent de tromper tout leur monde. Nul doute que ces pages en reparleront vers la fin mars.

 

Un mp3 Shannon Wright – Throw A Blanket Over The Sun

Un disque (sortie le 26 mars) : Shannon Wright – Let In The Light (Vicious Circle) 

25/01/2007

Animal Collective – People

animalcol-peopleUne année qui débute par un nouvel EP des Animal Collective ne peut forcément que bien commencer. Pas convaincu ? Et si je vous dis que ces trois titres (+ un live) ont été enregistrés dans la foulée du superbe Feels, album tutélaire de l’année 2005, et que ça s’entend, le serez-vous davantage ? Le gros chat y compte bien…

 

En écoute sur Boomkat

Un mp3 Animal Collective – People

Un EP : Animal Collective – People (Fat Cat)

22:06 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pop, mp3, preview, animal collective, fat cat |  Facebook |