28/06/2008

Nicole Atkins – Neptune City

nicoleatkins-neptunecityLe monde de Nicole Atkins se résume à peu de choses, superflues par dessus le marché. Des arrangements très mainstream, à grands coups de cordes (in)dignes du trip hop et de Rufus Wainwright, des musiques spectaculaires qui sentent la patte de Rick Rubin derrière les manettes (après tout, il s’est déjà occupé des désastreuses Vanessa Carlton et Shakira) et surtout, une voix terriblement banale décalquée sur une Martha Wainwright récupérée à grands coups de retour sur investissement par l’industrie (c’est qu’elle a du chien, la petite Nicole, faut pas croire). L’album, tout juste passable pour de la variétoche made in USA, donne surtout envie de retourner du côté des bien plus complexes Melanie (Safka) et Aimee Mann.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 (via Cerulean's Love of Music): Nicole Atkins – Carouselle

Un disque : Nicole Atkins Neptune City (Sony BMG)

 

En clip : Nicole Atkins Neptune City

 

26/06/2008

La rentrée en Fujiya & Miyagi

fujiyaandmiyagiOn n’est pas encore en vacances que déjà, la rentrée discographique s’annonce chaude. Prenez les gars Dave Best et Steve Lewis, plus connus du côté de Recyclart sous le nom de Fujiya & Miyagi. Non contents de nous faire danser depuis 2006 et leur très défoulant Transparent Things, le duo devenu trio en 2005 (le bassiste Matt Hainsby) devenu quatuor en 2008 (le batteur Lee Adams, dixit Wiki) montrera le bout de son électro krautpop dans les bacs dès le 16 septembre. L’arme du crime ? Leur second bébé Lightbulbs, baby. Et en attendant, on remonte le temps en levant la jambe gauche sur Ankle Injuries.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 : Fujiya & Miyagi – Ankle Injuries

Un disque à venir : Fujiya & Miyagi – Lightbulbs (Tirk Records)

 

En clip : Fujiya & Miyagi – Collarbone

 

24/06/2008

Snorkel, entre dub et jazz

snorkel-glassdarklyL’odeur de poisson – le disque a été enregistré derrière une usine de produits de la mer – n’a heureusement aucune prise sur Glass Darkly, le premier effort du sextuor londonien Snorkel et son dub jazz improvisé de tout haut vol. Barrée d’effets électroniques, gargarisée de rythmes syncopés qui présentent le Dub Trio au Miles Davis des seventies, l’œuvre des musiciens anglais combine sa fronde krautrock à l’unisson d’une totale liberté régénératrice et tentaculaire. Mais si, mon bon monsieur.

 

En écoute sur Boomkat

Un mp3 : Snorkel – The Conversation (Edit)

Un disque : Snorkel – Glass Darkly (Slowfoot Records)

20/06/2008

Machinefabriek, Stephen Vitiello, 12K

machinefabriekstephenvitiello-boxmusicRencontre de deux protagonistes essentiels des musiques électroniques contemplatives (ce qui n’exclut ni beauté, ni profondeur), Box Music met en présence le label 12K – rappelons l’essentiel August de Giuseppe Ielasi – et le magnifique sculpteur sonore Rutger Zuyderveldt, mieux connu sous le nom de Machinefabriek. Rejoint ici par l’Américain Stephen Vitiello, un temps collaborateur de la grande Pauline Oliveros et ex-résident du défunt World Trace Center où il enregistra les sons du 91è étage. Une autre époque, un autre siècle.

 

En écoute sur Boomkat

Un mp3 : Machinefabriek + Stephen Vitiello – Chocolate Sprinkles, Tape, Egg Cutter, Rice, Plastic Bag

Un disque : Machinefabriek + Stephen Vitiello – Box Music (12K)

14/06/2008

Eat Skull, punks et psychés

eatskull-sicktodeathComplètement niqué – on adore – et d’une rageuse déconne seventies, le gros son punk lo-fi du quatuor ricain (de Portland, Oregon) Eat Skull déboule des enceintes telles des giboulées dessinées par Ariel Pink, le cul nu sur l’intégrale des MC5, la bite pendante sur un Moog défoncé par Tom Boonen. Pour fans des Psychedelic Horseshit aussi.

 

En écoute sur MySpace

Trois mp3 (via unpiano: music) : Eat Skull – Dead Families

Eat Skull – Seeing Things

Eat Skull – Survivable Spaces

Un disque : Eat Skull  Sick To Death (Autoproduction)

12/06/2008

Tetine en forme

tetine-letyourxsbeysEn pleine bourre, la scène brésilienne compte les siens, entre vétérans (Tom Zé & co) et jeunes pousses (CSS). Au milieu du gué générationnel, le duo Tetine est l’exemple type de projet casse-tête pour le chroniqueur musical. Naviguant à vue – et au flair, remarquable - Bruno Verner et Eliete Mejorado repoussent toujours un peu plus les limites de l’electro pop polissonne, qui les éloigne chaque jour un peu plus de leur début, le très expérimental Alexander’s Grave de 1996. On remue le popotin, devant.

 

En écoute sur MySpace

Deux mp3 : Tetine – Entertainment N249

Tetine – Ai Amor-Me So Horny

Un disque : Tetine Let Your Xs Be Ys (Soul Jazz Records)

 

En clip : Tetine EntertainmentN249

 

Bulbul – Bulbul #6

bulbul-6Les noms des deux artistes en guest (l’Autrichien Philipp Quehenberger et la Californienne Carla Bozulich) laissaient augurer du meilleur du trio viennois Bulbul, quelque part entre la techno maléfique du premier et le projet Evangelista de la seconde – ce dernier tout au sommet de l’échelle de l’année 2008, n’ayons pas peur des mots. Hélas, c’est une soupe rock heavy du plus mauvais goût qui nous est servie, certains titres évoquant carrément du Lordi se prenant pour les Melvins (Lack Of The Key). Il y a bien la miss Bozulich qui essaie de sauver les meubles – et c’est brillant – sur le magnifiquement hanté Shenzhou mais c’est à peu près tout ce qu’on peut se mettre de consistant sous la langue.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 : Bulbul – When Sun Comes Out

Un disque : Bulbul Bulbul #6 (Exile On Mainstream)

2562, do believe the dubstep hype

2562-AerialTrès grosse – énorme, même – hype dusbstep du moment, cet Aerial de Dave Huismans, alias 2562. Derrière ce mystérieux moniker (qui n’est que le simple code postal de son district de La Haye) se cache un étrange Hollandais baigné aux monstrueuses basses made in Croydon – berceau du genre, on se réveille dans le fond – et à l’écoute des dix killer tracks de son premier album, son avènement aux côtés des Skream, Burial et autres Benga n’est plus qu’une question de semaines. Ou de jours.

 

En concert le 19 juillet au Café Botanique (+ BunZer0)

En écoute sur Plong

Un mp3 : 2562– Redux

Un disque : 2562 – Aerial (Tectonic)

11/06/2008

Gregor Samsa – Rest

gregorsamsa-restPrésente dans toutes les mémoires des amateurs d’un post rock éclairé à l’aune des Sickoakes, la souplesse décibellique de la smala américaine Gregor Samsa s’est muée en une renaissance atmosphérique d’une immense subtilité harmonique. La suite sur Octopus.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 : Gregor Samsa – Abutting Dismantling

Un disque : Gregor Samsa Rest (Own Records)

10/06/2008

James Blackshaw, le point J

jamesblackshaw-litanyofechoesUne guitare en fingerpicking d’une beauté épicurienne confrontée à la légende de Jim et John, un glockenspiel amoureux de ces harmonies saupoudrées de tendresse mélodique – n’y voyez aucune complaisance romantique toutefois – cela donnait en 2007 la virevolte magnifique de James Blackshaw sur Running To The Ghost, extrait de son génial album The Cloud of Unknowing. Et en 2008 de se déclencher la furibarde envie de découvrir le petit nouveau Litany of Echoes. Très vite, tout de suite.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 : James Blackshaw – Running To The Ghost

Un disque : James Blackshaw Litany of Echoes (Tompkins Square)