22/03/2009

Andreas Tilliander paie de sa Persona

mokira-personaC’est une des sorties electronica majeures de l’année que ce Persona de Mokira. Derrière un alias qui cache l’identité du musicien suédois Andreas Tilliander, et sa collection de synthétiseurs analogiques qui ajoute une touche romantique digne des meilleurs représentants de l’ambient germanique. Wait until April, baby.

 

Un disque à venir le 20 avril : Mokira Persona (Type Records)


Contour - Mokira

20/03/2009

Un Camera Obscura et le printemps est là

Camera Obscura – My Maudlin CareerYeepee, le printemps est là, les jeunes filles redécouvrent les joies des jupes échancrées, les jeunes gens entonnent des hymnes à l’amour en liberté, le nouveau Camera Obscura arrive !

 

Un disque à venir le 20 avril : Camera ObscuraMy Maudlin Career (4AD)


The Sweetest Thing - Camera Obscura

My Maudlin Career - Camera Obscura

22:40 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : video, pop, preview, 4ad, camera obscura |  Facebook |

15/03/2009

Daisuke Miyatani, minimaliste techno

daisukemiyataniEn d’autres temps moins pacifiques, l’axe germano-japonais n’évoquait ni la poésie sonore (à moins d’adorer les bruits de bottes et la musique oï), ni la liberté de créer (à moins de s’appeler Leni Riefenstahl). Bien loin de ces horreurs que certains osent encore aujourd’hui minimiser, voire nier – il est vrai que plus c’est gros, plus ça passe – le producteur nippon Daisuke Miyatani ose le minimalisme techno de l’immense alva noto, qu’il confronte à la poésie glacée de Marsen Jules et à la noirceur forestière de GAS. Rien de moins.

13/03/2009

Takeo Toyama reprend ses Etudes

TakeoToyama-EtudesAvant tout "connu" et apprécié pour son album Hello 88, paru en 2001 sur le label allemand Karaoke Kalk, le musicien japonais Takeo Toyama n’a guère d’équivalent en matière de tonalité néo-classique fondue de jazz de bonne humeur. Bien sûr, son approche ludique et sensorielle évoque l’écho d’un certain Pascal Comelade, grand pourfendeur de culture nipponne, soit dit en passant. Tout en n’étant pas exempte d’un certain pastoralisme, on songe parfois aux Tableaux d’une Exposition de Moussorgsky sur le morceau Nancy, la verve ludique de l’homme d’Osaka est une très bonne raison d’approcher sur la réédition de ses Etudes. De (beaucoup) plus près.

 

Un disque : Takeo Toyama Etudes (Karaoke Kalk)

09/03/2009

Les Smooyoyo, oh oh

lessmooyoyoTout est parti d’un fouillage de bacs en règle au festival Kraak, entre une misère Wavves à deux neurones jouée sur des accords plombés fin seventies (quelle  désastre !) et le très hypnotisant duo australien Fabulous Diamonds (doivent être parfaits au bout de trois joints, ceux-là). D’un disque d’Anne Laplantine de 2004 inconnu en ces lieux, écouté et apprécié en cette matinée ensoleillée. Un détour par le MySpace de la dame ex-berlinoise plus tard, un coup de clique nous embarque du côté du – très – mystérieux Les Smooyoyo, sa chanson italo de bout de monde cramoisi et son labyrinthe noisetronica entre jardin d’enfants et expérimentations fififitrrrtrrr.

04/03/2009

The Incredible String Band en inédits, can you believe it?

Leur nom montrait déjà la voie, celle de l’excellence, The Incredible String Band demeure en cette heure l’un des noms les plus indispensables de la folk music. Tout au long d’une carrière en fin de compte brève (1965 – 1974), sans compter la reformation partielle entre 1999 et 2006, la formation écossaise explorait à tout va les errances magnifiques de la musique hippie, sans jamais se départir d’une vision stylistique hors de tout pastoralisme pour cimetière. Compilation de seize inédits tirés des archives de Witchseason et de Island Records, le double cd Tricks Of The Senses démontre l’intemporalité d’une vision qui a depuis longtemps dépassé les limites étroites de son Ecosse natale.

 

Un disque : Amplifier MachineTricks Of The Senses (Hux Records)

02/03/2009

Condo Fucks and rocks

condofucks-fuckbookEn plein trauma post-I Am Not Afraid of You and I Will Beat Your Ass, dernière contribution en date (2006) – et laquelle – des rockeurs de Yo La Tengo? La solution existe, elle porte un autre nom, le révélateur Condo Fucks, celui sous lequel le trio de Hoboken, NJ, s’était dissimulé à l’affiche du Magnetic Fields voici un an. And they still fuckin’ rock, no doubt about that...

 

En écoute sur le label

Un disque : Condo FucksFuckbook (Matador Records)

01/03/2009

Fever Ray, fièvre noire

feverrayMaman de deux enfants, moitié de The Knife aux côtés de son frangin Olof, la Suédoise Karin Dreijer Andersson alias Fever Ray remplit sa vie de sons – une voie médiane entre Fuck Buttons, Björk et un certain minimalisme dark à la Dead Can Dance. Emmitouflé dans sa torpeur noirâtre, son premier effort solo éponyme ne cherche pas à faire le malin, reste à nous imposer à lui.  

 

Un disque : Fever Rays/t (Rabid Records)


When I Grow Up - Fever Ray

If I Had A Heart - Fever Ray

Triangle Walks - Fever Ray

27/02/2009

Black Dice au repo

blackdice-repoLes premiers albums de Black Dice l’ont démontré, sans même parler de l’extraordinaire Dead Drunk de Terrestrial Tones, les folies soniques insensées ont toute leur place dans l’univers démantibulé des frangins Copeland. Cinquième – ou sixième, whatever – effort des cinglés yankees, Repo laisse toutes les portes ouvertes à leur démesure, à nous de nous engouffrer sans peur ni reproche, le 7 avril venu.

 

Un disque : Black DiceRepo (Paw Tracks)


Nite Creme - Black Dice

Earnings Plus Interest - Black Dice

Chicken Shit - Black Dice

26/02/2009

Teresa Rampazzi, elle aussi pionnière

teresarampazzi-musicaendoscopicaL’heure étant plus que jamais à la (re)découverte des précurseurs de la musique électronique, le label milanais Die Schachtel prouve, si besoin était, sa propension au défrichage de l’excellence. Extrait des archives de l’université de Padoue, les quatre pièces de la compositrice italienne Teresa Rampazzi (1914 – 2001) ont toutes été enregistrées entre 1970 et 1980, la plus fameuse (et la plus développée) étant les vingt-cinq minutes de Musica Endoscopica, illustration sonore d’un effrayant documentaire où une caméra explore – le titre l’indique – un estomac humain.

 

En écoute sur le label

Un disque : Teresa RampazziMusica Endoscopica (Die Schachtel)