24/02/2009

Den Haan, the italo disco sound of our time

denhaan-releasethebeastMagnifiquement fun dans son approche italo disco qui ne doit rien à personne, sinon au talent de ses deux auteurs glaswegiens, le 12’’ Release The Beast nous lance sur la piste (de danse) de la paire Den Haan. Et on s’y trouve plus que bien, nom d’un coq en pâte !

 

En écoute sur Juno

Un disque : Den HaanRelease The Beast (Optimo Music)

23/02/2009

Anihata = Helena Espvall + Tara Burke

anahita-mattricariaQuand un duo regroupe deux figures du folk psyche de la trempe de Helena Espvall (Espers) et Tara Burke (Fursaxa), les attentes volent à une altitude hautement stratosphérique. Quelques bouts des six morceaux plus tard, la brièveté de l’instant rend difficilement justice à une musique posée sur des fils entre Moyen Orient – Anahita est la déesse perse de l’eau et de la fertilité – et apocalypse.

 

Un disque : Anahita – Matricaria (Important Records)


Pirin Planina - Anahita

Velvet Shoon - Anahita

20/02/2009

U.S. Girls fuck it up in style

usgirls-kankakeememoriesPédales de reverb' et distorsion ouvertes à fond les manettes, le noise rock des U.S. Girls dérouille les tympans et l’enclume à en devenir marteau. Au-delà d’un mur du son qu’on croirait sorti d’une meute de nanas en furie, c’est une seule personne – une certaine Megan Remy – qui est responsable de ce déluge infernal. Ce n’est toutefois qu’un seul aspect, terriblement marquant, de sa vision artistique, l’autre versant démontrant un minimalisme revêche en rappel de Heather Leigh Murray, ainsi qu’une vision bricolo arty de la pop qui n’est pas sans évoquer Gary War.

 

Un 7’’ : U.S. Girls Kankakee Memories (Cherry Burger)

Julie Doiron, en elle-même, différente

juliedoiron-icanwonderChaque étape du parcours de Julie Doiron nous révèle, un peu plus, un peu mieux, l’étendue de sa riche personnalité. Minimalisme anti-folk à l’époque de Heart And Crime (2002) ou pop songs classe en 2007 pour Woke Myself Up, la chanteuse du New Brunswick enivre de sa simplicité coutumière. Anno 2009, le nouvel épisode I Can Wonder What You Did with Your Day nous la présente sous la vareuse d’une Sugar Kane qui se souvient de son séjour son premier indie rock band Eric’s Trip. Sincerely hers.

 

Un disque : Julie Doiron I Can Wonder What You Did with Your Day (Jagjaguwar)

 


Consolation Prize - Julie Doiron

09/02/2009

DJ Olive trie la nuit

djolive-triageTroisième épisode de la série intitulée – non sans une certaine dose d’autodérision – Sleeping Pills (Somnifères), Triage du célèbre DJ Olive (la scène illbient, ça dit encore quelque chose en 2009 ?) n’est pas pour autant du genre soporifique mièvre, l’inverse en somme du décevant The North Sea. Au-delà du concept, forcément penché dans le bas versant du volume sonore, la spontanéité intense de ses sentiments d’apaisement abreuve les nuits comme il contemple nos jours.

 

En écoute sur Boomkat

Un disque : DJ Olive Triage (Room40)

08/02/2009

Oren Ambarchi repaie de sa Persona

orenambarchi-personaSculpteur sonore de la trempe des Christian Fennesz et Peter Rehberg, l’Australien Oren Ambarchi s’était révélé au tournant du millénaire par la grâce de quelques albums aux ambiances inquiétantes, parfois suffocantes, bien senties. Edité à l’époque en vinyl et en 300 exemplaires, Persona avait été enregistré en un seul jour, il suivait de peu de jours le fameux Afternoon Tea (la collaboration Ambarchi – Fennesz – Rehberg – Rowe – Pimmon) et se situait dans la même veine que le toujours recherché Suspension. Neuf années plus tard, l’œuvre ressort en disque compact, avis à tous les trois cent et unièmes de la terre.

 

En écoute sur Boomkat

Un disque : Oren Ambarchi Persona (Black Truffle)

07/02/2009

Les petits enfers de Marissa Nadler

marissanadler-littlehellsAdmirer la plastique de Marissa Nadler est une chance, écouter l’envoûtement de sa voix sombrement lumineuse un ravissement éternel. Magnifique d’un gothisme réverbéré qui remplit l’espace d’une salle de concert comme peu savent le faire (Larkin Grimm ou Alela Diane peut-être, Hope Sandoval sûrement), son organe vocal nous donne rendez-vous sur un quatrième album dont on peut simplement espérer qu’il rejoindra au pinacle le sublimissime Songs III: Bird on the Water.

 

Un disque : Marissa NadlerLittle Hells (Kemado Records)

Heart Paper Lover - Marissa Nadler

Rosary - Marissa Nadler

Little Hells - Marissa Nadler

06/02/2009

Gustaf Spetz en première solo

gustavspetz-goodnigtmrspetzEn congé définitif de son groupe Eskju Divine, le singer songwriter suédois Gustaf Spetz exhume les faux semblants shoegazing en ouverture de son premier effort solo. De ce camouflage décibellique haché menu au bout de quarante (et une) secondes, il surgit tel un jeune homme romantique armé d’un piano envolé, c’est pour nous proposer onze pop songs aériennes et haut perchées (cette voix !).

 

Un disque : Gustaf Spetz Good Night Mr. Spetz (Imperial Recordings)

1Goldenfeathers.mp3 - Gustaf Spetz

3 Burn it, crush it, smash it.mp3 - Gustaf Spetz

6 Restless.mp3 - Gustaf Spetz

9 Dewdrop.mp3 - Gustaf Spetz

29/01/2009

Brown Wing Overdrive, experimental fun

bwo-esporganismPremière véritable sortie de la nouvelle série Lunatic Fringe du label de John Zorn, lisez Tzadik, ESP Organism du trio new-yorkais Brown Wing Overdrive emprunte aux diverses sources – inspirées – de ses créateurs. Au sein de collages mêlant impros dignes du patron JZ et  psychédélisme fugace enchevêtrés au milieu d’une électronique parsemée de percussions, les variations décomplexées des trois lascars tiennent davantage d’une magnifique truculence fun aux allures de soleil rose fluorescent.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Brown Wing Overdrive ESP Organism (Tzadik)

26/01/2009

Alela Diane se tient tranquille

aleladiane-tobestillMerveilleux indicateur d’un temps qui a passé en la profonde compagnie de sa voix unique de folk singer baignée de gospel, Pirate’s Gospel de la (désormais) incontournable Alela Diane fait à jamais partie de ses albums qui vous bouleversent une vie de music freak. Très attendu – et c’est peu de l’écrire – son successeur To Be Still – nous aura fait patienter plus deux ans (mais oui) et si certaines orientations stylistiques dénotent une volonté de ratisser plus large (à quoi bon la batterie de White As Diamonds ?), on y jettera une oreille forcément toujours de bon aloi. En attendant une tournée européenne aux étapes parisienne (Bataclan, le 6 avril) et bruxelloise (AB, le lendemain).

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Alela Diane To Be Still (Fargo Records)