26/01/2009

Kompakt's pop ambient anno 2009

kompakt-pop-ambient-2009L’affaire est entendue, chaque début d’année voit le label Kompakt présenter la nouvelle mouture des compilations Pop Ambient. Peuplée d’artistes vénérés en ces lieux (Sylvain Chauveau, Tim Hecker, Marsen Jules ou le patron Wolfgang Voigt sous le pseudo de Mint ou aux côtés de Jörg Burger), la neuvième édition du genre complète le tableau – aux frontières de l’idylle – en invitant des compères soit indispensables (Klimek) soit recommandables, et c’est dans le "pire" des cas (Jürgen Paape, Andrew Thomas). On le disait, l’affaire est entendue.

 

Un disque : V/A Pop Ambient 2009 (Kompakt)

 

 


Get a playlist! Standalone player Get Ringtones

22/01/2009

Richard Pinhas vs Merzbow, décollage immédiat

richardpinhasmerzbow-keiolinePour inattendue qu’elle fut, la collaboration entre Merzbow et Richard Pinhas vaut son pesant de trips atmosphériques en hélicoptère. Mais pourquoi l’engin volant préféré de Bebel dans Le Professionnel, me direz-vous ? Car les effets de pales de rotor donnent un cachet tout particulier au son du travail commun du duo franco-japonais, parmi des surprenantes trouvailles sonores loin de la folie furieuse habituelle de Masami Akita lorsqu’il laisse courir les déluges de décibels bruitistes le long de sa guitare solo.

 

Un disque : Richard Pinhas & Merzbow Keio Line (Cuneiform Records)

20/01/2009

The Runs, piss, shit and much more

theruns-pissandshitLes titres des morceaux de The Runs (Constipated, Piss And Shit, My Job Sucks) sonneront, peut-être, aux oreilles puristo-puritaines comme une vaste rigolade juste bonne à balancer sa bière à la tronche de John Stargasm. Tant pis pour eux et toute la clique des losers du mauvais goût tendance section CdH de Morlanwelz, l’énergie punkoïde du combo canadien se mêle d’une morgue mélodique décadente qui fait du bien à tous les tympans usés par trente années de fréquentation post-Hüsker Dü. Dead or alive ? It’s up to you, dude.

 

En écoute sur Juno

Un 7’’ : The Runs Piss And Shit (Criminal IQ)

21:21 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rock, punk, preview, the runs, criminal iq |  Facebook |

17/01/2009

Max Ochs, entre raga et blues

MaxOchs-HoorayEn quelque quarante années de vie musicale, les traces laissées par le guitariste américain Max Ochs relèvent plus du jeu de pistes lacunaire que de la longue ligne droite. Une présence sur la compilation de John Fahey Contemporary Guitar Spring 67, deux versions de Imaginational Anthem trente-sept années plus tard en 2004 sur la compilation éponyme et – ô joir, ô miracle – un vrai album avec de vraies compositions rien que du musicien du Maryland, par ailleurs cousin de feu le protest singer Phil Ochs. Toujours adepte des ragas (le morceau-titre), le bluesman US prouve qu’à soixante balais passés, sa science de la six cordes est restée intacte. Entrecoupé de poèmes récités – sans la moindre note de musique – d’une voix profonde qui rappelle Johnny Cash, son disque émeut autant qu’il se souvient de Robbie Basho et Mississipi John Hurt. Hip hip hip Hooray !

 

En écoute sur Boomkat

Un disque : Max Ochs Hooray For Another Day (Tompkins Square)

12/01/2009

Neil Landstrumm in your face for £39

neillandstrumm-landfor£39Vétéran de la scène techno - une quinzaine d’années au compteur tout de même, le grand Neil Landstrumm ne pouvait pas ne pas visiter les noirceurs apocalyptiques de la grime et du dubstep. Puissant et implacable, son Lord For £39 est un énorme uppercut en pleine tronche dont on a peine à se relever…

 

En écoute sur Boomkat

Un disque : Neil Landstrumm Lord For £39 (Planet Mu)


11/01/2009

Crystal Stilts, premier album

crystal-stiltsIl aura fallu cinq années – leur fondation date de 2003 – aux New Yorkais de Crystal Stilts pour voir un premier vrai album surgir de leur discographie, peuplée jusque là de singles et EP prometteurs. Adeptes d’un rock noir qui doit autant à la Factory du Madchester qu’au Velvet Underground, le quintet de Brooklyn réinterprète avec un brio confondant de justesse et d’originalité des thèmes cafouillés par mille autres, c’est cette vigueur ubuesque qui retient toute l’attention, que le compteur marque la première ou la dixième écoute. On se le tient pour dit, hein dis ?


 

En écoute sur MySpace

Un disque : Crystal Stilts Alight of Night (Slumberland Records)

07/01/2009

Le Casse-Tête continue

bernardbonnier-casseteteComparse déluré de son mentor, l’illustre Pierre Henry et sa Messe Pour Le Temps Présent, la Canadien Bernard Bonnier avait frappé les esprits en 1984, année de sortie d’un Casse-Tête bien plus fun que casse-c… Débusqueur malin de musique concrète – c’est pour mieux la vitrioler à grands coups de pop music – le Québécois a hélas laissé en plan sa discographie, raison de plus pour réécouter sa seule et unique œuvre, rééditée par la maison Oral. Toute hésitation sera punie sévèrement.

 

En écoute sur Electrocd

Un disque : Bernard Bonnier Casse-Tête (Oral)

23/12/2008

Shirley & Dolly Collins, forever timeless

shirleydollycollins-theharvestyearsLa première décennie du vingt-et-unième siècle rendant plus que jamais justice à un folk anglais intemporel dans sa profondeur organique, il est temps de se replonger dans deux de ses plus grands défenseurs en la personne de Shirley et Dolly Collins. Signées en leur temps (fin sixties, début seventies) sur Harvest, division prog de la major EMI, les deux sœurs – Dolly la compositrice, Shirley la chanteuse – n’avaient guère leur pareil pour conter le pastoralisme intemporel de l’Angleterre des sœurs Brontë et de John Dowland. Quarante années plus tard, leur place au sommet est plus que jamais indiscutée.

 

En écoute sur Boomkat

Un disque : Shirley & Dolly CollinsThe Harvest Years (EMI)

21/12/2008

Jandek, de l'autre côté de la légende

jandek-glasgowsunday2005Personnage mythique dont la légende a longtemps participé du traitement quasi-religieux où ses fans l’ont entraîné, Jandek est demeuré longtemps un nom vénéré des happy few, le géant Loren Connors en premier (il est d'ailleurs présent à la guitare électrique). Actif depuis plus de trente ans sur la scène blues folk expérimentale, Sterling R. Smith s’est résolu depuis quelque temps à donner des concerts, quitte à tomber le masque, quitte à mettre sa musique à nu. Témoignage d'une de ses toutes premières apparitions scéniques, Glasgow Sunday 2005 se nourrit de la terrible violence maîtrisée de son auteur, trempée dans l’acide, baignée dans les lieux de concert alternatifs à l’extrême. Accompagné pour l’occasion des magnifiques Alan Licht et Heather Leigh Murray (pedal steel et voix sans paroles) le musicien texan prouve que sa totale indépendance d’esprit ne s’est pas altérée dans les méandres du temps.

 

En écoute sur The Omega Order

Un disque : JandekGlasgow Sunday 2005 (Corwood Industries)

 

En clip : JandekReal Wild (Live)

 

18/12/2008

The Bird And The Bee, for Christmas

theebirdandthebee-raygunsA l’heure de l’année où feindre le bonheur de recevoir des cadeaux pourris relève d’un art accompli du camouflage – oh, un porte-lunettes, quelle conne, pardon bonne, idée – les radios confirment plus que jamais leur rôle malveillant d’officines de la médiocrité culturelle. Entre l’immonde Last Christmas de Wham et le très neuneu Do They Know It’s Christmas, décembre est plus que jamais un mois où il fait presque bon d’être sourd. Heureusement, tout n’est pas perdu, grâce au duo californien The Bird And The Bee et son très (electro)pop sixties 12 Days of Christmas. Un futur classique, que ne renieraient pas les Au Revoir Simone et autres Tilly & The Wall ?

 

En écoute sur MySpace

Un disque : The Bird And The BeeRay Guns Are Not Just the Future (Blue Note)