11/01/2009

Crystal Stilts, premier album

crystal-stiltsIl aura fallu cinq années – leur fondation date de 2003 – aux New Yorkais de Crystal Stilts pour voir un premier vrai album surgir de leur discographie, peuplée jusque là de singles et EP prometteurs. Adeptes d’un rock noir qui doit autant à la Factory du Madchester qu’au Velvet Underground, le quintet de Brooklyn réinterprète avec un brio confondant de justesse et d’originalité des thèmes cafouillés par mille autres, c’est cette vigueur ubuesque qui retient toute l’attention, que le compteur marque la première ou la dixième écoute. On se le tient pour dit, hein dis ?


 

En écoute sur MySpace

Un disque : Crystal Stilts Alight of Night (Slumberland Records)

08/01/2009

Guernica – Who Are Your Songs For?

Guernica_WhoAreYourSongsForA l’heure où les groupes d’une belle contrée nommée Belgique confondent pop music et shopping sur l’avenue de la Toison d’Or, il est réjouissant de constater que des artistes du pays de Tom Barman et Jos Steen résistent à la tentation de la participation aux concours annuels du plus bel hennissement. Autant notre aversion pour les MonteMalibuPonstars de tout poil ne cesse de grandir avec le temps, implacable juge arbitre du bon grain et de l’ivraie, autant le quatuor Guernica s’est glissé sans coup férir dans nos cœurs, déjà conquis par les magnifiques Français de Papier Tigre. D’abord paru dans son pays d’origine sur le minuscule label courtraisien Vlas Vegas, Who Are Your Songs For? connaît l’honneur d’une sortie française, grâce au dynamisme du label Greed Recordings (Cornflakes Heroes, Action Dead Mouse). Et c’est plus que mérité, les six morceaux du disque se servant du dynamisme grégaire des Fugazi pour mieux personnaliser des tonalités post pop d’une vélocité assouvie à coups de guitare basse. Difficile aussi de ne pas craquer sur le chant mi-moqueur mi-détaché du gars Michael au micro, dont la verve – ralentie ou furieuse – n’est pas sans évoquer le toujours fondamental Stephen Malkmus. Autant dire que ça vaut le coup de marteau sur l’enclume.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Guernica Who Are Your Songs For? (Greed Recordings)

17/12/2008

Parts & Labor, real post punk's not dead

partsandlabor-receiversPost punk’s not dead, le krautrock non plus! Une preuve, un indice ? Rendez-vous du coté des Ricains de Parts & Labor, trio devenu quatuor dont les chansons hyper-dynamisantes rappellent, sans le singer, l’héritage de Wire (ils en assureront la première partie d’une tournée allemande) et de Mission Of Burma. On vérifiera tout ça en février sur scène, lors d’un mini-trip franco-belge (Gand, Liège, Bruxelles, Bordeaux, Nantes et Paris) à forte teneur explosivo-apocalyptique.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 : Parts & Labor Nowheres High

Un disque : Parts & LaborReceivers (Jagjaguwar)

13/12/2008

Wavves, renndez-vous en 2009

wavvesDe l’énergie punköide à revendre, des mélodies qui font la part belle à un Ariel Pink sous influence Sonic Youth, son cracra included, le gars Nathan Daniel Williams, dites Wavves pour faire jeune, est un énorme espoir pour 2009. Chiche qu’on en reparle, et pas  que du bout des lèvres ?

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 : Wavves So Bored

Un disque : Wavvess/t (De Stijl)

08/12/2008

Aufgehoben, radicalité puissance cinq

aufgehoben-khoraCollision fractale sans la moindre compromission possible entre noise, rock et jazz, Khora des mystérieux Aufgehoben – à peine s’ils acceptent la diffusion de leurs noms – poursuit la voie tracée sur ses quatre prédécesseurs. Un chouia, mais alors ça se compte en microgrammes, plus ouvert qu’auparavant, le son du quatuor de Brighton pénètre l’auditeur par tous les pores, rappel précis et inexorable de sa condition fragile soumise à toutes les tempêtes de l’existence. God damn it.

 

En écoute sur Dotshop

Un disque : AufgehobenKhora (Holy Mountain)

01/12/2008

Yuko – For Times When Ears Are Sore

yuko-fortimeswhenearsaresoreOyez oyez bonnes gens, sortez les flonflons (acid) folk, tentez les mélodies indie pop, un compatriote belge relève le gant de la concurrence internationale, haut la main encore bien. Ce jeune homme très plat pays, c’est le jeune Kristof Deneijs, ancien étudiant en photographie à Gand et actuel membre des collectifs belge Rarefish et français Haiku Bang. Il est surtout l’auteur – sous le pseudonyme japonisant de Yuko – d’un très joli premier disque, impeccable de bout en bout. Ses onze titres, s’ils sont globalement de la plus haute veine harmonique, n’oublient toutefois ni les mélodies à la Radiohead (There’s A Limit), ni les madeleines shoegazing à la Ride grondant la guitare acoustique de Greg ‘Espers’ Weeks (le splendide No Trees Up Here). Produit par le trop méconnu génie Wim Maesschalk (aka Wixel), chanté sur un mode mineur très Morr Music qui n’enlève rien à se pertinence ni à son excellence, For Times When Ears Are Sore trempe sa plume dans une émotion instrumentale peu commune (Peuchttücher). Histoire de jouer au grincheux, on pointera bien quelque raideur vocale (Noone Here To Hug), c’est bien peu de choses en regard des indispensables échos de The Notwist peuplant un opus aux palmes d’argent.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : YukoFor Times When Ears Are Sore (Debonair Recordings)

25/11/2008

Yellow Swans, for ever

yellowswans-deteriorationDésormais officiellement dissous au bout de sept années de folies sonores sans limites, les uniques Yellow Swans n’en ont heureusement pas terminé avec leur discographie, et c’est un délice de l’écrire du bout son clavier. Nouvelle étape officielle de Pete Swanson et Gabriel Saloman – une version en cassette était déjà sortie en 2007 – Deterioration voit le duo de Portland meilleur que jamais, ses éternels drones mâchouillant des restes de mélodies surgies d’un day after apocalyptique. En attendant le vrai disque d’adieu, prévu l’an prochain, snif…

 

En écoute sur Boomkat

Un mp3 : Yellow Swans Broken Eraser/Time Stretch (Extrait)

Un disque : Yellow Swans Deterioration (Modern Radio)

23/11/2008

Howie & The Hotknives, oh yeah!

howiehotknives-shutupFuck Or Fight, Shut Up & Dance, Drinking For Free ou Young Fun, les titres des Howie & The Hotknives, combo punk de Portland, balancent un second degré énergétique ET bordélique des plus réjouissants.  D’une humeur poilante à se noyer dans sa Budweiser, leurs pop songs éclatées donnent des fichtres envies de coups de genou dans les burnes trop nettes de ces lopettes de BB Brunes. Oh yeah !

 

En écoute sur MySpace

Un 7’’ : Howie & The HotknivesShut Up & Dance (Felony Fidelity)

18/11/2008

Fred Frith voyage, voyage

fredfrith-tosailtosailLes présences du grand Fred Frith à la seule guitare acoustique se comptent sur les doigts d’une main – trois en trente-cinq ans de carrière – c’est loin d’être le seul intérêt de ce disque de musiques improvisées, au sens large du terme. Regroupant des échos de blues, de folk, de musiques japonaise ou africaine, le musicien anglais dévoile une palette de sonorités dont les richesses formelles rivalisent d’audace avec l’expressivité de leur contenu.

 

La chronique de Jean-Claude Gevrey sur Octopus

En écoute sur HBDirect

Un disque : Fred Frith To Sail, To Sail (Tzadik)

13/11/2008

No-Neck Blues Band, anno 2008

NNCKClomeimUnique au monde, l’expérience No-Neck Blues Band entraîne tout son passage, à un point tellement hypnotique qu’il vous marque un cerveau au fer rouge de son intensité. Réduite au silence – un comble quand on connaît leur musique – la discographie du combo new-yorkais renaît de ses cendres fumantes en cette fin d’année riche en rebondissements musicaux, l’occasion est trop belle pour ne pas aller rechercher la pipe à eau récupérée au dernier concert de Jackie-O Motherfucker. Et beuh.

 

En écoute sur SquidCo

Un disque : No-Neck Blues Band Clomeim (Locust)