13/07/2008

Kan Mikami

kanmikami1Figure totalement méconnue du blues, en tout cas de ce côté de l’Eurasie, le Japonais Kan Mikami approche pourtant la soixantaine (il est né en 1950). Collaborateur de bien des fous furieux de la planète (John Zorn, Keiji Haino, entre autres), le singer songwriter nippon n’est certes pas à la tête d’une discographie pléthorique – quelques albums solo en tout, et ils sont d’une qualité et d’un aplomb expressionniste exemplaires. Petit dernier du chanteur de Vajra (le trio qu’il emmène aux côtés de Keiji H. et du batteur Toshiaki Ishizuka), Juw est comme de coutume fidèle au label P.S.F, donc introuvable en nos succursales discographiques aseptisées. Restent les disquaires du web…

 

En écoute sur LastFM

Un disque : Kan Mikami Juw (P.S.F. Records)

 

28/06/2008

Helena & Masaki, Espers & Ghost

helenaespvallmasakibatohEn cette veille de vacances estivales, la paresse t’avait d’abord guidé sur les pas de Klaus Schulze et Lisa Gerrardfan que tu as toujours été de tout ce qui touchait à Dead Can Dance. Quelques ultra-prévisibles échos myspaciens plus tard, tu avais bien vite abandonné cette infâme soupe new age pour essayeurs de canapé Roche Bobois.

 

Puis vint le moment de cette petite voix, humaine et sensuelle, qui te souffla mot de l’imminence – oh, 22 juillet, pas de panique – de la collaboration Helena Espvall – Masaki Batoh. Oui, la violoncelliste suédoise des indispensables Espers et le guitariste (of course) japonais des torturés Ghost. Pour des chansons folk scandinaves dont la première (en mp3 ci-dessous) promet de beaux lendemains en toute humilité.

 

Un mp3 : Helena Espvall & Masaki Batoh – Uti Var Hage

Un disque à venir : Helena Espvall & Masaki Batoh – s/t (Drag City)

Nicole Atkins – Neptune City

nicoleatkins-neptunecityLe monde de Nicole Atkins se résume à peu de choses, superflues par dessus le marché. Des arrangements très mainstream, à grands coups de cordes (in)dignes du trip hop et de Rufus Wainwright, des musiques spectaculaires qui sentent la patte de Rick Rubin derrière les manettes (après tout, il s’est déjà occupé des désastreuses Vanessa Carlton et Shakira) et surtout, une voix terriblement banale décalquée sur une Martha Wainwright récupérée à grands coups de retour sur investissement par l’industrie (c’est qu’elle a du chien, la petite Nicole, faut pas croire). L’album, tout juste passable pour de la variétoche made in USA, donne surtout envie de retourner du côté des bien plus complexes Melanie (Safka) et Aimee Mann.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 (via Cerulean's Love of Music): Nicole Atkins – Carouselle

Un disque : Nicole Atkins Neptune City (Sony BMG)

 

En clip : Nicole Atkins Neptune City

 

16/06/2008

Jessica Bailiff & Annelies Monseré – EP

jbam-epArtiste géniale tout comme elle est discrète, Jessica Bailiff entretient un lien tout particulier avec notre pays, en particulier avec la songwriter flamande Annelies Monseré, dont on peut dire sans trop se tromper qu’elle est une vraie disciple – et amie – de la chanteuse de Toledo. L’an dernier, une compilation (Old Things) absolument fantastique de singles, inédits et faces B de Bailiff était déjà sortie sur la maison gantoise Morc Records, prélude à une tournée commune des deux jeunes femmes. Le présent EP quatre-titres nous propose une relecture de titres bien connus, dont les splendides Let Time Breathe et Shadow, enregistrés dans de conditions similaires aux expériences scéniques des deux demoiselles. Inutile de tourner autour du pot plus longtemps, le résultat est d’une beauté fragile absolument bouleversante, bien à l’image des albums studio de ses deux protagonistes.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 : Jessica Bailiff & Annelies Monseré – Common Ground

Un disque : Jessica Bailiff & Annelies Monseré – EP (Morc Records)

08/06/2008

Sera Cahoone – Only As The Day Is Long

seracahoone-onlyasthedayislongContrairement à nombre de récentes sorties féminines (Nicole Atkins, Sandrine), la country mélodieuse et sensible de Sera Cahoone sonne telle une bénédiction écoutée et approuvée par Neko Case. Bourrée de cette tendresse amoureuse des choses simples de la vie, sa musique résonne d’une touche toute personnelle qui, certes, ne révolutionnera pas le monde comme le premier Jesse Sykes a pu le faire (tout cela demeurant très traditionnel, avec banjo, harmonica, pedal steel et tout le toutim), mais les dix titres de ce second effort solo sont composés et – surtout – interprétés avec une telle sincérité et un tel talent que nous ne pouvons que nous incliner. C’est que dans la vie, il est parfois bon de s’en remettre aux choses simples en apparence, alors qu’elles sont bien plus complexes en réalité et cela nous vaut une très recommandable sortie du label Sub Pop. Une de plus.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 : Sera Cahoone – Only As The Day Is Long

Un disque : Sera Cahoone Only As The Day Is Long (Sub Pop)

01/06/2008

Essie Jain dans l'intervalle

essiejain-inbetweenA peine quelques mois nous séparent de la découverte du premier effort de la folkeuse new-yorkaise (mais originaire de Londres) Essie Jain que déjà pointe le bout du nez de son successeur In Between. Toujours quelque part entre Sandy Denny et Nina Nastasia, le côté pop en prime…

 

En écoute sur MySpace

Deux mp3 : Essie Jain – You

Essie Jain – Eavesdrop

Un disque : Essie Jain – In Between (Ba Da Bing)

27/05/2008

Teitur – The Singer

teitur-thesingerAussi surprenant que cala puisse paraître, c’est en ouvrant pour l’ex-staracadémicienne Nolwenn Leroy que le songwriter-songwriter Teitur (prononcez Taïtour) s’est fait un (petit) nom dans l’Hexagone, enregistrant même un duo (Only And One) avec la demoiselle aux splendides yeux bleus. Au départ, rien ne prédestine pourtant le chanteur des îles Féroé à transcender les foules adolescentes, si ce n’est un physique blondinet de jeune premier à faire craquer les plus rêveuses de nos jeunes filles en fleurs. Délicates et empreintes de cette sensibilité nordique qui seyait si bien au premier album de Sondre Lerche (le toujours recommandable Faces Down), les chansons de Teitur Lassen n’ont rien, ou alors si peu, de cette déferlante de guimauve prête à l’emploi que l’on prête généralement aux élevages de batterie industrielle sponsorisée par TF1. Relevée d’arrangements d’une finesse pop éprise de culture anglo-saxonne (Catherine The Waitress, ou comment j’ai présenté Belle & Sebastian à une armée de libellules), sa musique est ponctuée d’une grande propension au lyrisme, qui pourrait même virer à l’affliction si on n’y prenait pas garde (We Still Drink The Same Water). Reste qu’il serait bien sot de bouder un talent scandinave, un de plus diront certains, dont l’univers mi-sérieux mi-grinçant renferme bien des secrets d’alcôve sensuels.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 (via Max Bumps): Teitur – Catherine The Waitress

Un disque : Teitur The Singer (Edel Records)

26/05/2008

Meg Baird, Sharron Kraus, Bruxelles, 31 mai

krausbairdschipÇa ne fait pas un pli dans la robe de Josephine Foster, il aurait fallu l'inventer, l'ami Maxime Lê Hung s'il n'avait existé. Sinon, qui aurait songé à inviter en nos terres bruxelloises (mieux, molenbeekoises) la splendide – vous lisez bien, splendide – double affiche Sharron KrausMeg Baird. Soit l’auteur du très récent – lisez touchant – The Fox’s Wedding et la magnifique chanteuse d’Espers. Vous avez dit incontournable ?

 

En écoute sur MySpace (Sharron Kraus)

En écoute sur MySpace (Meg Baird)

Un mp3 : Sharron Kraus – Brigid

Deux disques : Sharron Kraus The Fox’s Wedding (Durtro)

Meg BairdThe Fox’s Wedding (Wichita Recordings)

23/05/2008

Lau Nau de retour

launau-nukkuuTa nostalgie, camarade, remonte à peine de quelques années, un bon millier de jours tout au plus, marqués de l’écoute régulière – et recommandée du seul et unique Kuutarha de la Finlandaise Laura Naukkarinen, alias Lau Nau. Une trentaine de mois plus tard, tu pouvais renaître à la réalité fantasmagorique made by Islaja (ou Marissa Nadler), le second opus de la demoiselle de Kemiö (par ailleurs membre de Kiila et Hertta Lussu Ässä) était tour prêt à débarquer dans ton salon. Où règne déjà une certaine Josephine Foster

 

En écoute (+ mp3) sur MySpace

Un disque : Lau Nau Nukkuu (Locust)

 

En clip : Lau Nau Painovoimaa, Valoa

 

20/05/2008

Bonnie 'Prince' Billy dans la lumière

bpb-liedowninthelightEn pleine bourre commerciale (albums qui se vendent bien, concerts sold out), l’ami Bonnie ‘Prince’ Billy tape sur un fer de plus en plus chaud. Résultat, un nouvel opus prévu pour tout bientôt, qu’on nous annonce comme le plus solaire de toute sa plantureuse discographie. A l’écoute du morceau mis en écoute par Drag City - une démo certes – le lumineux adjectif laisse songeur.

 

Un mp3 : Bonnie ‘Prince’ Billy – So Everyone (Demo)

Un disque : Bonnie ‘Prince’ Billy Lie Down In The Light (Drag City)