30/10/2008

Duo de Scorces

scorces-iturnintoyouCes pages l’ont assez dit et répété, Christina Carter est une des très rares voix féminines dont la seule présence scénique justifierait un déplacement à l’autre bout de l’Hémisphère Sud. Associée dans Scorces à Heather Leigh Murray, la chanteuse des Charalambides se glisse dans la guitare de sa comparse (quand les rôles ne sont pas inversés) dans des complaintes étirées d’un ésotérisme überhabité où il fait étrangement bon flâner.

 

Deux mp3 (extraits de Vivre Avec La Bête, 2003) : Scorces Es-Tu La Bête Ou Moi?

Scorces Où Est la Rose?

Un double LP : Scorces I Turn Into You (Not Not Fun Records)

10/10/2008

La noirceur originale de Christina Carter

christinacarter-originaldarknessEn ces temps de tempête financière, elle émerge du néant, telle un roc où les naufragés boursicoteurs se recueilleront en prière devant sa voix mi-angélique mi-mortifère. Elle, c’est Christina Carter, toujours moitié des Charalambides, et sa nouvelle contribution solo Original Darkness. Pour des mots qui résonnent plus que jamais jusqu'à l’émouvant.

 

En écoute sur Boomkat

Un disque : Christina CarterOriginal Darkness (Kranky)

06/10/2008

Sharron Kraus – The Fox’s Wedding

sharronkraus-thefoxsweddingLoin d’être une novice de la folk music, celle d’Espers, d’Islaja ou de Fursaxa, Sharron Kraus en est déjà à son cinquième album solo, sans compter ses autres projets Leaves From Off the Tree (en compagnie de Meg Baird et Helena Espvall) et Tau Emerald (avec Tara Burke). Absolument impeccable de bout en bout, The Fox’s Wedding réussit la gageure suprême de concilier l’intemporalité de son propos et la modernité de son époque. Déjà des classiques de la musique folk alors qu’ils n’ont que quelques mois (à l’exception de Thrice Toss Those Oaken Ashes, écrit par Thomas Campion à la fin du seizième siècle), les douze titres de l’album baignent dans une ambiance légèrement acide, résultat de la fréquentation assidue de la musicienne d’Oxford avec ses amis Greg Weeks et Meg Baird (Espers), qui ne théâtralise jamais un propos qui n’en a pas besoin, et c’est admirable. Derrière une modestie dont nous lui saurons gré à jamais, la docteur en philosophie de la Oxford University – c‘est ça, la classe – débroussaille l’héritage de John Dowland, tout en lui conservant l’immense respect qu’elle lui voue, en le soumettant à la critique de ses contemporaines, qu’elles soient appalachiennes, finnoises ou anglaises. Comme en plus, elle est accompagnée de musiciens de la plus haute tenue (ah, les arrangements de cordes de In The Middle of Summer!), ne reste plus qu’à se taire. Pour encore mieux apprécier.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Sharron Kraus The Fox’s Wedding (Durtro / Jnana)

05/10/2008

Serafina Steer, esprit public

300x300Associée pour de bon à Joanna Newsom, la harpe a bien de la chance. Entre les doigts de la géniale Californienne,  l’encombrant instrument picore de ses notes pincées l’univers fantasmagorique de ses short stories décalées. Entre les mains de la magnifique Anglaise Serafina Steer, des mélopées folk d’un autre âge côtoient une modernité spoken word d’une tendre discrétion, qu’un tout récent EP vient confirmer de belle manière. A quand l’album ?

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 Serafina Steer Eggs

Un EP : Serafina SteerPublic Spirited (Static Caravan)

 

En clip : Serafina SteerPublic Spirited (live)

 

 

23/09/2008

Marissa Magic is... magic

 

marissamagicL’univers étant peuplé de suiveurs inconneriptibles, le MySpace de Marissa Magic affiche un maigrelet score de 18687 affichages. Comme de bien entendu, son rock ultra minimaliste peuplé de fantômes drone folk restera réservé aux adorateurs de la magnifique Heather Leigh Murray, son nombre de connexions demeurera désespérément bas. Tant pis pour les pisse-Adele de la planète (et leur béééh bêlants), ceux-là même qui auraient jugé l’éternelle Nico inapte au service si leur avis avait été quémandé un jour de 1965.

 

En écoute sur MySpace (+ mp3)

14/09/2008

Kimya Dawson – Alphabutt

KimyaDawson-AlphabuttLes veinards présents un beau soir d’été 2007 s’en souviennent encore, Kimya Dawson est une maman comblée qui n’hésite pas à balader en tournée sa petite Panda Delilah, deux ans aujourd’hui. Après avoir écrit la B.O. d’un film sur les grossesses adolescences, l’ex-moitié des Moldy Peaches se lance – est-ce bien étonnant ? – dans l’écriture de chansons pour enfants. Certaines d’entre elles sont absolument saisissantes de sincérité décalée, à l’image de ce Bobby-O ou de ce Louie qu’on vous met au défi de ne pas siffloter au bout de six secondes et demie. Loin d’être des mélodies bébêtes qui confondent enfance et mongolisme – pour ça, il y a la nouvelle chanson française – Dawson dévoile la doucereuse vulnérabilité de cet âge insouciant, en apparence seulement. Car derrière les jeux d’enfant se cache la vulnérabilité du futur adulte, celui écoutera plus tard les géniaux Hidden Vagenda et Remember That I Love You. Attention, ce disque est contagieux pour les adultes.

 

En écoute sur Boomkat

Deux mp3 (via Pop Tarts Suck Toasted) : Kimya Dawson Smoothie

Kimya Dawson Little Monster Babies

Un disque : Kimya Dawson Alphabutt (K Records)

 

En clip : Kimya Dawson Bear Song (Live)

 

18/08/2008

Alina Simone – Placelessness

alinasimone-placelessnessAttendue comme la relève de Shannon Wright, Alina Simone va-t-elle s’égarer dans le maquis de Dolores O’Riordan (Cranberries) ? Le doute est permis sur Octopus.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Alina Simone Placelessness (Travelling Music)

14/08/2008

Hilde Marie Kjersem, from Ålesund

hildemariekjersem-akillerforthatacheA l’évidence, la ville norvégienne de Ålesund captivera plus l’amateur de fjords et d’art nouveau que le festivalier pukkelpoppien en mal de bière tiédasse hors de prix. Originaire de cette aimable bourgade du nord-ouest de la Norvège, la jeune – 27 ans – singer songwriter Hilde Marie Kjersem pourrait bien attirer dans ses filets tous les adorateurs, certes peu nombreux, de Susanna Karolina Wallumrød et Mia Doi Todd. Dit plus simplement, affaire à suivre. De tout près.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Hilde Marie Kjersem A Killer For That Ache (Rune Grammofon)

 

En clip : Hilde Marie Kjersem Fantasy

 

09/08/2008

Essie Jain – In Between

essiejain-inbetweenLes grincheux auront beau railler la préciosité d’Essie Jain, laissons-les baigner dans leur jus de Pauline, et concentrons-nous sur la redoutable sensibilité de sa musique, quelque part entre la grande Sandy Denny et la magnifique Nina Nastasia. Toujours sous le charme de son premier opus We Made This Ourselves, dont le temps ne cesse de vanter les bienfaits, nous retrouvons la songwriter anglaise installée à New York, pour un second essai davantage arrangé (cor, trompettes, clarinette, Rhodes & co). Plus pop, désormais, son univers ose aujourd’hui une ballade que n’aurait pas reniée Melanie si elle avait connu le versant moins baroque de Rufus Wainwright (Here We Go). Bien sûr, d’autres moments plus intimes dévoilent une Essie toujours aussi à l’aise dans le lento pianistique (Please), tandis que d’autres aspects plus surprenants de sa personnalité montrent le bout de leur nez, très mignon le nez, à l’image du très cabaret The Right. Des reproches ? Oh, des détails, une valse hésitation entre délivrance pop et retenue intérieure folk, l’une ou l’autre inflexion vocale aussi. Tout comme il y a fort à parier que dans quelques mois, nous ne retiendrons plus que les grandes qualités d’un disque fait pour durer.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Essie Jain – In Between (Ba Da Bing)

16/07/2008

Josephine Foster, encore

josephinefoster-thiscominggladnessLa rumeur le prétend, le nouveau Josephine Foster s’inscrit davantage dans la foulée des ses travaux avec Born Heller et The Supposed. De toute façon à mille lieues du toujours aussi culotté A Wolf In Sheep's Clothing – rappelez-vous, cet incroyable albums de reprises acid folk de lieder allemands – sans toutefois concéder la moindre parcelle d’une totale (lisez phénoménale) intégrité artistique, les quatre extraits en ligne démontrent que la splendeur vocale de la miss reste intacte.

 

En écoute sur MySpace

Quatre mp3 : Josephine Foster – The Garden of Earthly Delights

Josephine Foster – I Love You & the Springtime Blues

Josephine Foster – Waltz of Green

Josephine Foster – Indelible Rainbows

Un disque : Josephine Foster This Coming Gladness (Bo’Weavil Recordings)