08/07/2008

Stretchandrelax – …/Instead Of Buying Shoes

stretchandrelax-insteadPartenaire du grand Sylvain Chauveau sur le tout récent Roman Anglais (et son spoken word d’une immense délicatesse), Felicia Atkinson, ici complice d’Elise Ladoué, ne pouvait décemment nous décevoir pour sa première collaboration avec le label Nowaki. Disons-le tout de suite, le résultat dépasse toutes les espérances, fussent-elles intransigeantes et d’un accès d’aisance toute relative. Entre les expériences vocales d’une Half Asleep quand elle récite le Nowhere, Somewhere sur son Split LP avec SRX, les clochettes d’une Colleen revisitant l’univers parallèle d’Arca (tiens, encore Sylvain C.), Atkinson et Ladoué font preuve d’un sens absolument saisissant de l’essentiel, en témoigne un étonnant Ah, où tous les trucs les plus agaçants de Camille auraient été expurgés sur fond de quelques notes enregistrées sur dictaphone (comme tout le reste de l’album, du reste). Tout en empruntant à une diversité culturelle qui s’étend des débuts d’Encre jusqu’à l’univers magique du Vibracathedral Orchestra, en passant par le minimalisme dépoussiéré de Richard Crandell (dans sa version la plus bricolo), le duo Stretchandrelax prouve d’éclatante manière que la musique improvisée peut aussi avoir pour cadre une salle de jeux dépouillée pour grands enfants touche-à-tout, mi-sérieux, mi-polissons. Et nous disons encore.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Stretchandrelax …/Instead Of Buying Shoes (Nowaki)

28/06/2008

Helena & Masaki, Espers & Ghost

helenaespvallmasakibatohEn cette veille de vacances estivales, la paresse t’avait d’abord guidé sur les pas de Klaus Schulze et Lisa Gerrardfan que tu as toujours été de tout ce qui touchait à Dead Can Dance. Quelques ultra-prévisibles échos myspaciens plus tard, tu avais bien vite abandonné cette infâme soupe new age pour essayeurs de canapé Roche Bobois.

 

Puis vint le moment de cette petite voix, humaine et sensuelle, qui te souffla mot de l’imminence – oh, 22 juillet, pas de panique – de la collaboration Helena Espvall – Masaki Batoh. Oui, la violoncelliste suédoise des indispensables Espers et le guitariste (of course) japonais des torturés Ghost. Pour des chansons folk scandinaves dont la première (en mp3 ci-dessous) promet de beaux lendemains en toute humilité.

 

Un mp3 : Helena Espvall & Masaki Batoh – Uti Var Hage

Un disque à venir : Helena Espvall & Masaki Batoh – s/t (Drag City)

Nicole Atkins – Neptune City

nicoleatkins-neptunecityLe monde de Nicole Atkins se résume à peu de choses, superflues par dessus le marché. Des arrangements très mainstream, à grands coups de cordes (in)dignes du trip hop et de Rufus Wainwright, des musiques spectaculaires qui sentent la patte de Rick Rubin derrière les manettes (après tout, il s’est déjà occupé des désastreuses Vanessa Carlton et Shakira) et surtout, une voix terriblement banale décalquée sur une Martha Wainwright récupérée à grands coups de retour sur investissement par l’industrie (c’est qu’elle a du chien, la petite Nicole, faut pas croire). L’album, tout juste passable pour de la variétoche made in USA, donne surtout envie de retourner du côté des bien plus complexes Melanie (Safka) et Aimee Mann.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 (via Cerulean's Love of Music): Nicole Atkins – Carouselle

Un disque : Nicole Atkins Neptune City (Sony BMG)

 

En clip : Nicole Atkins Neptune City

 

16/06/2008

Jessica Bailiff & Annelies Monseré – EP

jbam-epArtiste géniale tout comme elle est discrète, Jessica Bailiff entretient un lien tout particulier avec notre pays, en particulier avec la songwriter flamande Annelies Monseré, dont on peut dire sans trop se tromper qu’elle est une vraie disciple – et amie – de la chanteuse de Toledo. L’an dernier, une compilation (Old Things) absolument fantastique de singles, inédits et faces B de Bailiff était déjà sortie sur la maison gantoise Morc Records, prélude à une tournée commune des deux jeunes femmes. Le présent EP quatre-titres nous propose une relecture de titres bien connus, dont les splendides Let Time Breathe et Shadow, enregistrés dans de conditions similaires aux expériences scéniques des deux demoiselles. Inutile de tourner autour du pot plus longtemps, le résultat est d’une beauté fragile absolument bouleversante, bien à l’image des albums studio de ses deux protagonistes.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 : Jessica Bailiff & Annelies Monseré – Common Ground

Un disque : Jessica Bailiff & Annelies Monseré – EP (Morc Records)

08/06/2008

Sera Cahoone – Only As The Day Is Long

seracahoone-onlyasthedayislongContrairement à nombre de récentes sorties féminines (Nicole Atkins, Sandrine), la country mélodieuse et sensible de Sera Cahoone sonne telle une bénédiction écoutée et approuvée par Neko Case. Bourrée de cette tendresse amoureuse des choses simples de la vie, sa musique résonne d’une touche toute personnelle qui, certes, ne révolutionnera pas le monde comme le premier Jesse Sykes a pu le faire (tout cela demeurant très traditionnel, avec banjo, harmonica, pedal steel et tout le toutim), mais les dix titres de ce second effort solo sont composés et – surtout – interprétés avec une telle sincérité et un tel talent que nous ne pouvons que nous incliner. C’est que dans la vie, il est parfois bon de s’en remettre aux choses simples en apparence, alors qu’elles sont bien plus complexes en réalité et cela nous vaut une très recommandable sortie du label Sub Pop. Une de plus.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 : Sera Cahoone – Only As The Day Is Long

Un disque : Sera Cahoone Only As The Day Is Long (Sub Pop)

01/06/2008

Essie Jain dans l'intervalle

essiejain-inbetweenA peine quelques mois nous séparent de la découverte du premier effort de la folkeuse new-yorkaise (mais originaire de Londres) Essie Jain que déjà pointe le bout du nez de son successeur In Between. Toujours quelque part entre Sandy Denny et Nina Nastasia, le côté pop en prime…

 

En écoute sur MySpace

Deux mp3 : Essie Jain – You

Essie Jain – Eavesdrop

Un disque : Essie Jain – In Between (Ba Da Bing)

26/05/2008

Meg Baird, Sharron Kraus, Bruxelles, 31 mai

krausbairdschipÇa ne fait pas un pli dans la robe de Josephine Foster, il aurait fallu l'inventer, l'ami Maxime Lê Hung s'il n'avait existé. Sinon, qui aurait songé à inviter en nos terres bruxelloises (mieux, molenbeekoises) la splendide – vous lisez bien, splendide – double affiche Sharron KrausMeg Baird. Soit l’auteur du très récent – lisez touchant – The Fox’s Wedding et la magnifique chanteuse d’Espers. Vous avez dit incontournable ?

 

En écoute sur MySpace (Sharron Kraus)

En écoute sur MySpace (Meg Baird)

Un mp3 : Sharron Kraus – Brigid

Deux disques : Sharron Kraus The Fox’s Wedding (Durtro)

Meg BairdThe Fox’s Wedding (Wichita Recordings)

23/05/2008

Lau Nau de retour

launau-nukkuuTa nostalgie, camarade, remonte à peine de quelques années, un bon millier de jours tout au plus, marqués de l’écoute régulière – et recommandée du seul et unique Kuutarha de la Finlandaise Laura Naukkarinen, alias Lau Nau. Une trentaine de mois plus tard, tu pouvais renaître à la réalité fantasmagorique made by Islaja (ou Marissa Nadler), le second opus de la demoiselle de Kemiö (par ailleurs membre de Kiila et Hertta Lussu Ässä) était tour prêt à débarquer dans ton salon. Où règne déjà une certaine Josephine Foster

 

En écoute (+ mp3) sur MySpace

Un disque : Lau Nau Nukkuu (Locust)

 

En clip : Lau Nau Painovoimaa, Valoa

 

20/05/2008

Meg Ashling, entre Loretta et Alela

megashlingElevée au sifflement du train qui la réveillait chaque nuit sur le coup de trois heures du mat', la country girl – plus une bonne dose de folk (Ramblin Cowboy) – Meg Ashling décline en des couleurs traditionnelles, patinées de teintes sixties girlie pop (Move Down The Line), voire fifties (Lovely Like Wine, de ce côté de Patsy Cline) au charme aussi ravageur que suranné. Les dévoreurs d'Emmylou Harris et Loretta Lynn vont adorer, ceux d'Alela Diane itou!

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Meg Ashling Look At The Moon (Autoproduction)

04/05/2008

Thalia Zadek, now and again, again

thaliazedek-liarsandprayersLe parcours de Thalia Zedek – indélébile forte tête de cette musique américaine au féminin dont se prévalent les Shannon Wright et autres Tara Jane O’Neil – affronte le temps de sa farouche indépendance, défendue becs et ongles. Artiste sans concessions aucunes à ces pseudo-vaguelettes disco pop ou ces fake branlettes punk pop pour lecteurs de Marc Lévy,  l’indémodable parcours de l’artiste américaine force un respect absolu de concision et allumé de cette flamme irrévérencieuse qui fait la marque des grandes gueules de notre temps (Scout Niblett, Carla Bozulich,ce genre). En 2008, la remarque est toujours autant d’actualité, en témoigne un Liars And Prayers qui la souligne plus revancharde que jamais.

 

En écoute sur Thrill Jockey

Un mp3 : Thalia Zedek – Lower Allston

Un disque : Thalia Zedek Band Liars And Prayers (Thrill Jockey)