01/10/2007

Alexandre Varlet – Ciel De Fête

CielAprès Barbara Carlotti, première signature francophone sur le très anglo-saxon label 4AD (Cocteau Twins, Pixies & co), c’est au tour d’Alexandre Varlet d’avoir l’honneur – certes devancé par sa compatriote Emily Loizeau – d’être publié sur le très americana Fargo Records. C’est d’ailleurs en cow-boy de La Rochelle – sa ville d’origine – que Varlet ouvre son troisième album, pour un instrumental où les flots de la Charente viendraient se jeter dans la Columbia River, en un confluent qui vaut le coup d’oreille. Tout en revendiquant la dynamique pop des Innocents (Montre-Toi), relookés pour la cause en des Nada Surf chantés par un Benjamin Biolay qui aurait enfin oublié ses irritants tics (les couplets de Le Sens de l’Orientation, joliment mariés à un refrain que l’on devine grinçant), le songwriter français se fait hélas moins convaincant en chanteur romantique (Tutti Quanti), sans toutefois s’égarer dans la complaisance si coutumière d’une chanson française trop propre sur elle. Bien sûr, le chant n’est pas toujours des plus charmeurs, est-ce réellement un défaut tant son timbre enfumé pourrait s’être échappé d’une expérience de laboratoire où l’obscurité de Bashung le disputerait à la rugosité de Johnny Cash. Pour un disque très américain de chanson française, pas si courant à un tel niveau de sympathique réussite.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Alexandre Varlet – Ciel De Fête (Fargo Records)