06/07/2010

alva noto – For 2

alvanoto-for2Personnage quasi-récurrent du Love On The Bits – nous reparlerons très prochainement de sa collaboration avec – mais oui – Blixa Bargeld (Einstürzende Neubauten), alva noto compile sur For 2 les compositions dédiées à des personnages du vingtième siècle, du cinéaste russe Andrei Tarkovsky au dramaturge allemand Heiner Müller en passant par le  musicien américain Phill Niblock. En avant pour un très intéressant aperçu de la vie parallèle de l’auteur de Unitxt, entre 2003 et 2007.

Davantage inspiré par un esprit ambient qui confine au néo-classiscisme tel que l’imaginerait Wolfgang Voigt (alias GAS), Carsten Nicolai n’oublie toutefois pas complètement le minimalisme de ses beats, ceux qui nous excitent tant sur son label Raster-Noton (Garment, 13). Ici penché sur l’héritage indispensable de la musique concrète de Francisco López (Villa Aurora), là imprégné d’un faux jazz viennois que pratiquerait Kai Fagaschinski aux côtés de Philip Glass (Argonaut), For 2 dévoile les multiples facettes méconnues de son auteur. Explorateur des espaces interstellaires, à l’instar de Lawrence English mais aussi de Brian Eno, le musicien de Chemnitz sublime le beau dans la pérennité alors que, trop souvent rangé dans la catégorie des producteurs d’une techno squelettique qui n’en demeure pas moins indispensable, il pourrait se contenter de capitaliser sur la recette d’une relative et bien illusoire notoriété.

 

Un disque : alva noto – For 2 (Raster-Noton)


Read full review of For 2 - ALVA NOTO on Boomkat.com ©

14/11/2009

V/A – XVI Reflections On Classical Music

xvi_reflectionsŒuvre d’un immense passionné des musiques sous toutes leurs formes, le patron du label berlinois Nonine, Me Raabenstein, les seize réflexions présentées n’ont pour seul trait commun que la qualité, supérieure et la beauté, admirable. Rassemblées sans la moindre prétention musicologique ni stylistique, le terme classique recoupant aussi bien le néo-classicisme electronica de Takeo Toyama que l’ambient techno de GAS (le génialissime Zauberberg IV), l’ensemble des compositions est de plus haut niveau musical tout en demeurant très accessible.

Outre quelques personnages (re)connus, dont notre chouchou Sylvain Chauveau et son magnifique Il Fait Nuit Noire A Berlin, ainsi que l’incontournable Max Richter sur le très cinématique Arboretum, la compilation regroupe également des artistes moins fréquentés. Un exemple ? Direction plage treize quand le Californien Akira Rabelais nous gratifie d’un air vocal très mystérieux, où un chœur de la Renaissance se verrait projeté dans l’espace en 2050. Expérimental peut-être, réussi sûrement. D’autres noms, parmi nos favoris (Alva Noto & Ryuichi Sakamoto, Philip Glass, Gavin Bryars, Ryan Teague, Hauschka) viennent compléter ce panorama exemplaire, introduction rêvée aux musiques de notre temps.

 

Un disque : V/A XVI Reflections On Classical Music (Universal)


Daydream - Lawrence

1382 Wyclif Gen. II. 7 - Akira Rabelais

01/02/2009

zeitkratzer égratigne le temps

zeitkratzer_HalbTotale_Andreas_HarderEnsemble de musique contemporaine – dans son versant le plus dépoussiéré et moderne – fondé voici une dizaine d’années par le pianiste berlinois Reinhold Friedl, zeitkratzer (égratignure du temps en allemand) confronte depuis ses débuts l’avant-garde instrumentale (John Cage, Stockhausen, La Monte Young…) et la musique électronique. Parution majeure, le coffret Electronics – trois disques également disponibles séparément – confirme le statut unique de la formation germanique dans le petit monde des musiques nouvelles et/ou improvisées. Sans compter qu’il inaugure le propre label de l’ensemble, à la dénomination forcément éponyme.

 

Familiers d’un répertoire qui les voit voltiger entre grands noms de la musique savante du vingtième siècle – mais en dehors de tout académisme – et musiciens ‘populaires’ (dont Lou Reed et son Metal Machine Music, repris avec l’approbation explicite de l’ex-Velvet Underground), la dizaine de membres de l’orchestre met un malin plaisir à brouiller les pistes. Tantôt l’élitisme gronde le populaire, tantôt le rock et l’electronica technoïde dévergondent les musiques atonales, jamais la recherche esthétique ne se subordonne pas à l’expérimentation inaboutie.

 

Enregistrées dans leur majorité dans divers festivals et lieux de concerts européens (Le Lieu Unique à Nantes, le Digressions Festival de Barcelone, le Donaufestival de Krems, Autriche) ainsi que dans leur tanière berlinoise de la Volksbühne, les trois collaborations réunies en ce projet ont pour fil rouge – c’est bien le seul – une absolue indépendance de vue, en dehors de toutes conventions ou de tout formalisme formolisés. Il faut dire qu’on ne réunit pas impunément des esprits aussi libres que Carsten Nicolai, Keiji Haino et Terre Thaemlitz sans prendre quelques risques de clash artistique, il y en a et nous y reviendrons, dans un jeu brûlant qui vaut toutes les chandelles transversales.

 

A suivre...

 

Un coffret : zeitkratzer Electronics (zeitkratzer)

30/12/2008

Playlist # 3 - Top 10 2008


09/10/2008

Alva Noto – Unitxt

alvanoto-unitxtCela fait des années que chaque sortie de Carsten Nicolai – alias Alva Noto – est scrutée à l’aune de la même envie click ‘n cuts, formidable de précision, glaçante de vitalité robotique. Deuxième publication du Berlinois en 2008 (la première Transform est une réédition du disque sorti en 2001 sur Mille Plateaux), Unitxt approfondit le sillon tracé sur le remix du björkien Innoncence (extrait de l’album Volta de l’Islandaise ), en un registre encore plus radical. Au-delà de sa magique – et inquiétante – obsession pour un monde contrôlé par des machines d’une implacable froideur, le boss de Raster-Noton fait appel au poète et perfomer français Anne-James Chaton sur deux morceaux (u_07 - des extraits de factures, des cartes de crédit sorties du portefeuille de Nicolai – et u_08-1 - des suites de chiffres en français). Son flow implacable de robotisme transcende de magistrale façon les séquences numériques de Nicolai, parvenant de sa voix caverneuse à encore abaisser de plusieurs degrés une température sonore déjà frigorifiante. Bien sûr complètement au sommet du genre, à des années-lumière de ses contemporains, le compositeur né dans la Karl-Marx-Stadt de l’époque où la République Démocratique Allemande faisait la nique à l’Ouest (aujourd’hui Chemnitz) balance le cadavre de Kraftwerk au surgélateur (u_08) avant un néant bruitiste total, composé de quinze courtes plages (de quelques secondes à 1’45) transcriptions sonores de données informatiques (des fichiers jpg, entre autres). Et vous n’avez encore rien entendu.

 

En écoute sur Boomkat

Un disque : Alva Noto Unitxt (Raster-Noton)

06/10/2008

Raster-Noton au sommet

alva_noto_01Du haut de ses douze ans d’âge, le label allemand Raster-Noton se porte tel un charme, merci pour lui. Cultissime (à l’image de Mille Plateaux ou Expanding Records)  pour toute une génération de fans d’electronica minimaliste, la maison co-fondée par Frank Bretschneider, Carsten Nicolai et Olaf Bender refait parler d’elle, par la grâce des deux derniers cités, dissimulés sous leurs pseudonymes respectifs d’Alva Noto et Byetone. Pour deux albums à classer d’urgence dans le top du genre, en 2008 comme dans les futures aventures de notre époque. Et des suivantes, tenez-le vous pour dit.

 

Né un soir de 1996 de l’imagination fertile de ses trois colistiers, par ailleurs amis proches de Wolfgang Voigt et Achim Szepanski (que des gens de bonne compagnie), la structure germanique est également connue, au-delà des remarquables qualités musicales de ses sorties, pour le minimalisme – mot-clé pour mieux appréhender son univers – frigorifiant de son esthétique visuelle, généralement très géométrique. Les deux dernières fournées ne faisant pas exception à la règle (les critiques vont suivre), qu’elles ne vous empêchent pas de faire l’effort – certes indispensable mais il est pleinement valorisant – d’approfondir le catalogue maison, remplie de pépites dont nous relèverons en toute subjectivité l’artiste sonore russe (basé à Stockholm) Ivan Pavlov, alias CoH (et dont l’acronyme cyrillique signifie ‘rêve’ en russe, pour la petite histoire). Et qu’elles vous donnent surtout l’envie de vous plonger, tête nue et corps tout entier dévoilé, dans une stratosphère de peu de fureur et de beaucoup de bruits étranges, click ‘n cuts sans concessions pour l’un, techno très minimale pour l’autre.

28/09/2008

BBmix Festival et ça promet

BBMIXFestival dédié aux musiques actuelles – voilà qui est déjà alléchant – le BBmix est en pleine communion d’esprit avec la liberté de ces pages. Entre folk habité de la tête aux pieds (et bien au-delà), electronica minimale implacable de vérité nue ou math rock en pleine transe simiesque, ces cinq jours de défonce sonore amplifiée vaudront tous les déplacements du monde. A Boulogne-Billancourt, de préférence.

 

25 Oct. 08: Why? + Son Lux + David Grubbs + Richard Youngs + Melissa Saint Pierre

26 Oct. 08: NLF3 Trio joue Les Aventures du Prince Ahmed de Lotte Reiniger

29 Oct. 08: M83 + Baktic Fleet + Hauser

31 Oct. 08: Alva Noto Xerrox + Chrome Hoof + Nemeth + Skyphone

01 Nov. 08: Mahjongg + Cheveu + No Shangsa

 

En clip : Melissa Saint PierreFig. VIII