21/12/2009

Un disque : Rothkamm – ALT 1989-2009

rothkamm-altOn enfile le polar avec Rothkamm, la suite est sur le Grisli.

 

Un disque : Un disque : Rothkamm ALT 1989-2009 (Baskaru)

31/03/2009

Symbiosis Orchestra – Live Journeys

symbiosisorchestra-livejourneysProjet du Transalpin Andrea Gabriele, le Symbiosis Orchestra nous offre en onze tableaux d’une finesse électro-acoustique remarquable un panorama de ses contributions en concert. Enregistrés lors de divers festivals de la péninsule (Pescara, Naples, Florence, Gallarate), les morceaux varient les atmosphères, passant d’une vision secrète de la tranquillité à une inquiétude lunaire, notamment grâce à de tranchants changements de line up, du trio au quintet. Retiennent notamment l’attention les compositions soutenues par la voix enchanteresse, bien qu’au bord de la folie, de la vocaliste anglaise Iris Garrelfs, dont un disque solo était déjà paru sur BiP_Hop en 2005. Quatre très grands moments musicaux! D’autres étapes-clés parcourent une séance de percussions dynamiques, fécondes dans leur interactivité tribale soutenue sur des motifs electronica angoissants et d’une manière globale, le travail informatisé d’un Robin Rimbaud – le fameux Scanner, c’est lui – et de ses comparses italiens tient du miracle fréquent, sinon permanent.

 

Un disque : Symbiosis Orchestra Live Journeys (Baskaru)

Live at Peam2005, Ecoteca, Pescara - Symbiosis Orchestra

Live at FABBRICAEUROPA, Florence 1 - Symbiosis Orchestra

24/03/2009

Ethan Rose – Oaks

ethanrose-oaksEpris d’Islande, on songe dès les premières secondes à The Album Leaf quand Jimmy LaValle pilotait ses oripeaux en tenue de múm, Oaks de l’Américain Ethan Rose base pourtant ses déclinaisons ambient – très – relâchées, voire relaxantes, sur un Wurlitzer de… 1926. Transférés dans divers appareillages afin de subir des modifications qui n’altèrent en rien leur pure beauté formelle, les sons déclinés en huit chapitres plutôt monocordes invitent à la paresse vespérale d’une fin d’été cosmique, quand ils n’écoutent pas les fines gouttes de pluie tomber sur le carreau, l’œil chancelant tourné vers la mélancolie torturée d’un film de Gus Van Sant. Qui a carrément repris la musique de notre homme dans son film Paranoid Park.

 

suivre...

 

Un disque : Ethan Rose Oaks (Baskaru)

On Wheels Rotating - Ethan Rose

21/03/2009

Francisco López & Lawrence English – HB

franciscolopezlawrenceenglish-hbUn nom – celui du très présent Australien Lawrence English – saute à nos yeux de la pochette de HB, en communication directe avec des oreilles qui venaient de se gaver de son imparable Kiri No Oto paru chez Touch – le très grand label frère de Baskaru. Associé au vétéran de la musique concrète Francisco López, vingt années de soundscapes édités sur une centaine(!) de labels différents, le patron du label Room40 (dont l’admirable travail en compagnie de John Chantler pour la toujours délicieuse Tujiko Noriko est chroniqué en ces mêmes pages) propose deux titres sur ce qui est davantage un split album, tandis que l’homme de Madrid nous présente, lui aussi, deux de ses travaux. Non-intitulé Untitled #175, le premier morceau de López repose sur des field recordings d’oiseaux enregistrés en 2001 au Costa Rica. Manipulés telle de la dentelle par des vibrations electronica d’une très grande délicatesse, le contraste entre un monde de couleurs aviaires qu’on imagine luxuriantes et le traitement numérisé d’une bête immonde tapie dans les sous-bois est complètement prenant dans sa personnalisation suprême. Placé en quatrième et ultime position, l’autre œuvre de l’électronicien espagnol Untitled #204 surgit entre craquelures forestières et orage lointain, avant qu’un ruisseau aux allures de laptop ne dévoile la fluidité de son cours au travers de sous-bois loin des sentiers battus. Intercalées entre ces deux propositions alléchantes, les deux œuvres de Lawrence English relèvent le défi lancé par López, brillamment et bruyamment. Telle une averse tropicale d’où surgirait des batailles de sabres électroniques, Pattern Review By Motion déclenche un déluge noise infernal, dont la surprenante seconde partie rejoint le paradis ailé décrit par López sur Untitled #175. L’autre proposition d’English Wire Fence Upon Opening campe sur une menace d’orage en sourdine, une compagnie de volatiles nous en garde heureusement bien, éloignant par ses chants les démons infidèles qui osent encore prétendre que toutes les musiques électroniques se ressemblent. Dieu que cette histoire finit bien…

 

A suivre...

 

Un disque : Francisco López & Lawrence English HB (Baskaru)


Untitled #157 - Francisco Lopez

Wire Fence Upon Opening - Lawrence English

13/03/2009

Baskaru, une certaine vision de l'éther

baskaruLongtemps – enfin, quelques années – foyer de musiques électroniques expérimentales uniquement disponibles sur le Net et en format CD-R, le label français Baskaru a franchi l’an dernier le Rubicon de la vraie distribution, format digipack et artwork digne de ce nom inclus dans le prix (modeste, 14 € sur le site, port compris). Témoin de cette révolution pour cette petite structure, le Grenoblois Gabriel Hernandez, dites GoGooo, ca fait mieux, indiquait la porte d’entrée baskarienne aux béotiens que nous étions, par la grâce élégiaque d’un disque (Long, Lointain) étiré dans sa prose electronica mais jamais complaisant dans sa vision de l’éther.

 

Epris d’atmosphères absorbantes sans se croire obligé de nous mener par la main comme des enfants qu’il faut trop surveiller, la maison Baskaru nous a déjà valu une autre sortie complètement recommandable, si ce n’est indispensable, c’était au printemps 2008, saison des amours électroniques. Produite par le compositeur japonais Yoshio Machida, cet Hypernatural #3 défibrillait la poésie répétitive de Philip Glass au travers de son spectre digital, ses tentatives mélodiques pleinement abouties dans leur discrétion rappelant la transfiguration fenneszienne, tout en étant porteuse d’une démarche spirituelle – well, sort of – merveilleusement illustrée par un chœur de nonnes bouddhistes en libératrices de nos souffrances existentielles.

 

Intéressante, mais moins fondamentale car trop marquée stylistiquement, la vision du Britannique Michael Santos ne se démarquait pas réellement des meilleurs représentants de sa fratrie, de Belong à Opitope en passant par Jefre Cantu-Ledesma et, bien sûr, l’incontournable Fennesz, sans qui la musique d’aujourd’hui ne serait pas tout à fait ce qu’elle est. Mauvaise langue, on se disait déjà que la mystérieuse structure hexagonale avait déjà mangé l’essentiel de son pain blanc et c’est avec une certaine circonspection qu’un gros paquet – trois disques d’un seul coup – ayant trouvé la boîte aux lettres de votre serviteur, fut déballé et scruté dans ses moindres recoins. On ne perdait rien pour entendre, évidemment.

 

A suivre

05/06/2008

Yoshio Machida – Hypernatural #3

yoshiomachida-hypernatural3Nouvelle – très – bonne sortie du label Baskaru (GoGooo), Hypernatural #3 du compositeur japonais Yoshio Machida vient conclure une trilogie exemplaire. La suite sur Octopus.

 

En écoute sur le label

Un disque : Yoshio Machida Hypernatural #3 (Baskaru)

22/05/2008

GoGooo – Long, Lointain

gogooo-longlointainAlias de l'artiste sonore grenoblois Gabriel Hernandez, vingt-neuf ans à un compteur marqué du sceau de la liberté faite electronica, GoGooo et son premier opus Long, Lointain indiquera à l'auditeur en manque de Sébastien Roux la porte d'entrée du label Baskaru, dont il s'agit de la première sortie 'professionnelle' après quelques sorties sur le web et en CD-R. Profondément imprégné de l'esprit apaisant – ce qui ne signifie nullement que ce disque soit aseptisé – du splendide August de Giuseppe Ielasi, le disque récite entre moult field recordings et splendides traces de mélodies acoustiques (mélodica, guitare, piano, orgue) les randonnées sereines d’une fin d'après-midi aux nuages filandreux. D'un rythme étiré mais jamais complaisant dans son éther, le musicien drômois extirpe de son immaculée douceur – et de son laptop, employé d'une précision parcimonieuse qui frôle la perfection – les restes séduisants d'une musique folk entre F.S. Blumm et Colleen. Nouvelle preuve – depuis Anne Laplantine, en fallait-il vraiment une? – que les machines recèlent une part d'humanité que douze intégrales nouvelle chanson française n'atteindront jamais, les dix titres de l'album entretiennent de maîtresse façon les rapports subtils que l'être humain peut développer avec un environnement affranchi de toute pression urbaine. Sans jamais virer dans une ambient de seconde zone flirtant avec la lounge et, surtout, sans jamais oublier de développer des harmonies à la séduisante croisée des bruits de  la rue et des notes de studio, GoGooo manifeste dès son premier effort une maturité artistique confondante de précision musicale et hallucinante d'honnêteté intellectuelle. Un must en ces temps agités par un président de la république se prenant pour un charretier.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : GoGooo Long, Lointain (Baskaru)

06/05/2008

M.B. + E.D.A. – Regolelettroniche

mbeda_regolelelttronicheDerrière les mystérieuses initiales M.B. + E.D.A. se cache les Italiens Maurizio Bianchi et Emanuela De Angelis. Pour le contenu musical, rendez-vous sur Octopus.

 

Un disque : M.B. + E.D.A. Regolelettroniche (Baskaru)