11/02/2013

Big Deal – Lights Out

big_deal_lightsout_2s.jpgPour faire de la bonne zique, il n’est pas toujours nécessaire de recourir à un déluge de moyens – n’est-ce pas les gros vomis de Muse ? Dites-le vous pour dit, le dicton s’applique dorénavant au duo Big Deal – une guitare électrique, une gratte acoustique, deux voix (et pas mal de réverb’ aussi) and that’s it. Oui, mais ces Big Deal, c’est qui ? Juste un ténébreux mec ricain (Kacey Underwood) et une jeunette londonienne à la voix angélique (Alice Costelloe, 18 ans !) pour un putain de mariage musical qui frise non le big deal mais le big love. Improbable combinaison entre Camera Obscura et My Bloody Valentine sur fond de Mazzy Star, la plupart des titres fonctionne merveilleusement, notamment grâce aux accents shoegaze – ils sont un magnifique contrepoint au chant perlé de Costelloe dont on tombe amoureux dès les premières secondes. Même si en un instant ou deux (Homework), on frise la sortie de route fleur bleue, les Big Deal prouvent à suffisance qu’ils sont largement au-delà de ces projets bidon dont on nous soûle et qu’au rayon crédibilité, ils n’ont déjà plus de leçon à recevoir. Programmateurs de Bruxelles, Liège et Fontaine-l’Evêque, on vous attend !

 

Un disque : Big DealLights Out (Mute)