05/03/2009

Extrawelt – Schöne Neue Extrawelt

schoeneneueextraweltAu fil des années, les sorties Cocoon Recordings – le label de Sven Väth, pour rappel – ne perdent pas en qualité, que du contraire. Ceux qui ont la chance de posséder l’excellent Animals des Suédois de Minilogue le savent, les sorties de la structure allemande sont marquées du double sceau de la qualité musicale et de l’exigence artistique, tout en demeurant de redoutables machines dancefloor à faire pâlir de jalousie Paul Kalkbrenner. Projet des deux producteurs de Hambourg Arne Schaffhausen et Wayan Raabe, Extrawelt sort tout simplement du lot de la masse des productions techno, minimale ou non. D’une classe infinie, les douze tracks de l’album intègrent en toute franchise sensorielle l’esprit du label de Valgeir Sigurdsson au son léché de Mia (la Colonaise de Berlin, pas la Sri-Lankaise de Londres) mais aussi du Mr Oizo anno 1997. D’entre toutes les merveilles enfilées sur le disque, nous nous en voudrions de ne pas mentionner l’incroyable One Tree Hill, que nous proclamons plus grande réussite de la rentrée 2009, tant ses volutes de synthés mêlées à une mélodie kraftwerkienne nous ont plongé dans la plus grande extase. On disait encore, plus fort ?

 

Un disque : Extrawelt Schöne Neue Extrawelt (Cocoon Recordings)


One Tree Hill - Extrawelt

Wolkenbruch - Extrawelt

04/03/2008

Dominik Eulberg – Bionik

dominikeulberg-bionikEmporté dans le studio de Sven VäthCocoon étant son label – tu secouais le fessier, clope au bec, l’intégrale Kompakt bien calée dans un recoin de l’encéphale. Trépignant du talon, tu récitais ton chapelet, le paysage défilait sous tes yeux, tu te voyais déjà suspendu entre Cologne et Berlin. Incapable de résister à la classe infinie de la techno minimale de Dominik Eulberg, tu te laissais attraper par les séduisants atours rythmiques de ses hymnes de chambre et voilà que tu te retrouvais à partager le matelas des historiettes clubby entre Ricardo Villalobos et Paul Kalkbrenner. Les yeux tournés vers le plafond, le reliquat de lustre qui éclairait ta collection Bpitch Control prenait des airs de boule à facettes et transformé vers un ailleurs en forme de Panorama Bar, ta vie prenait un autre tour, dont tu n’avais jamais imaginé l’existence. Et tu disais Danke schön Dominik.

 

En écoute sur The Omega Order

Deux mp3 (via Corporate Bloggin): Dominik Eulberg – Rattenscharf

Dominik Eulberg – Haifischfluegel

Un disque à venir : Dominik Eulberg – Bionik (Cocoon Recordings)