06/10/2008

Sharron Kraus – The Fox’s Wedding

sharronkraus-thefoxsweddingLoin d’être une novice de la folk music, celle d’Espers, d’Islaja ou de Fursaxa, Sharron Kraus en est déjà à son cinquième album solo, sans compter ses autres projets Leaves From Off the Tree (en compagnie de Meg Baird et Helena Espvall) et Tau Emerald (avec Tara Burke). Absolument impeccable de bout en bout, The Fox’s Wedding réussit la gageure suprême de concilier l’intemporalité de son propos et la modernité de son époque. Déjà des classiques de la musique folk alors qu’ils n’ont que quelques mois (à l’exception de Thrice Toss Those Oaken Ashes, écrit par Thomas Campion à la fin du seizième siècle), les douze titres de l’album baignent dans une ambiance légèrement acide, résultat de la fréquentation assidue de la musicienne d’Oxford avec ses amis Greg Weeks et Meg Baird (Espers), qui ne théâtralise jamais un propos qui n’en a pas besoin, et c’est admirable. Derrière une modestie dont nous lui saurons gré à jamais, la docteur en philosophie de la Oxford University – c‘est ça, la classe – débroussaille l’héritage de John Dowland, tout en lui conservant l’immense respect qu’elle lui voue, en le soumettant à la critique de ses contemporaines, qu’elles soient appalachiennes, finnoises ou anglaises. Comme en plus, elle est accompagnée de musiciens de la plus haute tenue (ah, les arrangements de cordes de In The Middle of Summer!), ne reste plus qu’à se taire. Pour encore mieux apprécier.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Sharron Kraus The Fox’s Wedding (Durtro / Jnana)

09/08/2008

Marc Almond, Michael Cashmore, forever

almondcashmore-gabrielLoin d’être la première collaboration entre Michael Cashmore (Current 93) et Marc Almond, Gabriel And The Lunatic Lover est sans doute la plus intense, la plus bouleversante. Hantée de la voix magique de l’ancien Soft Cell, d’un naturel gothique au sommet de son art, l’œuvre est la première d’une série de collaborations entre le chanteur et le guitariste. C’est peu dire que la suite est – très – attendue.

 

En écoute sur Dotshop

Un disque : Marc Almond with Michael Cashmore – Gabriel And The Lunatic Lover (Durtro / Jnana)

 

En clip : Marc Almond with Michael Cashmore – Gabriel (Live)

 

26/05/2008

Meg Baird, Sharron Kraus, Bruxelles, 31 mai

krausbairdschipÇa ne fait pas un pli dans la robe de Josephine Foster, il aurait fallu l'inventer, l'ami Maxime Lê Hung s'il n'avait existé. Sinon, qui aurait songé à inviter en nos terres bruxelloises (mieux, molenbeekoises) la splendide – vous lisez bien, splendide – double affiche Sharron KrausMeg Baird. Soit l’auteur du très récent – lisez touchant – The Fox’s Wedding et la magnifique chanteuse d’Espers. Vous avez dit incontournable ?

 

En écoute sur MySpace (Sharron Kraus)

En écoute sur MySpace (Meg Baird)

Un mp3 : Sharron Kraus – Brigid

Deux disques : Sharron Kraus The Fox’s Wedding (Durtro)

Meg BairdThe Fox’s Wedding (Wichita Recordings)

07/03/2008

Sharron Kraus, l'essence de l'essentielle

sharronkraus-thefoxsweddingCroisement idéal d’une certaine idée du folk britannique – celui incarné avec magnificence par le grand Alasdair Roberts – et des Appalaches, l’Anglaise Sharron Kraus est de la race unique des conjugueurs de charge émotionnelle (cette voix héritée de Joni Mitchell et de Dawn McCarthy) et de liberté hors de tout dogmatisme (thanks Espers). Nouvel opus de l’artiste d’Oxford, The Fox’s Wedding est un événement majeur, n’ayons pas peur des mots. Déjà remarquée pour ses disques antérieurs, en solo ou en compagnie des essentielles Meg Baird et Helena Espvall (sous le pseudo collectif de Leaves From Off The Tree), ainsi que comparse de Tara ‘Fursaxa’ Burke dans le duo Tau Emerald, la folkeuse anglo-saxonne remporte cette fois la mise, haut la main.

 

En écoute sur Dotshop

Un disque : Sharron KrausThe Fox’s Wedding (Durtro / Jnana)

 

03/02/2008

Pantaleimon – Mercy Oceans

pantaleimon-mercyoceansPeu connue de ce côté de Vashti Bunyan et de Keren Ann, l'Anglaise Andria Degens, alias Pantaleimon, mérite bien des suffrages, tant du côté des thuriféraires obstinés de l’auteur du toujours sublime Nolita que des plus absolus défenseurs de Larkin Grimm. Ancrée dans une tradition folk tout en étant portée d'un acide post-espersien, sa musique inquiète autant qu'elle séduit, grince autant qu'elle charme. Alors que tant d'artistes dans la même veine (Meg Baird, Lisa Germano, Isobel Campbell, cette dernière au violoncelle sur deux titres) se contentent d'explorer – et elles le font très bien – un même versant de la musique folk, la blonde en robe rouge parvient à réconcilier la part davantage populaire de son art (les mélodies, aussi abouties qu'accessibles) et le côté plus expérimental de sa folk music (à l'image d'un David Tibet ou d'une Josephine Foster). Si nous citons le nom du leader des grands Current 93, ce n'est pas complètement par hasard, la demoiselle ayant apporté son écot à leur très intrigant Black Ships Ate The Sky, et c'est bien plus qu'anecdotique. Quant aux abstentionnistes, ils seront impitoyablement flagellés à grands coups de Rose et de Claudine Muno

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 (via Motel de Moka): Pantaleimon – We Love

Un disque : PantaleimonMercy Oceans (Durtro / Jnana)