09/08/2008

Essie Jain – In Between

essiejain-inbetweenLes grincheux auront beau railler la préciosité d’Essie Jain, laissons-les baigner dans leur jus de Pauline, et concentrons-nous sur la redoutable sensibilité de sa musique, quelque part entre la grande Sandy Denny et la magnifique Nina Nastasia. Toujours sous le charme de son premier opus We Made This Ourselves, dont le temps ne cesse de vanter les bienfaits, nous retrouvons la songwriter anglaise installée à New York, pour un second essai davantage arrangé (cor, trompettes, clarinette, Rhodes & co). Plus pop, désormais, son univers ose aujourd’hui une ballade que n’aurait pas reniée Melanie si elle avait connu le versant moins baroque de Rufus Wainwright (Here We Go). Bien sûr, d’autres moments plus intimes dévoilent une Essie toujours aussi à l’aise dans le lento pianistique (Please), tandis que d’autres aspects plus surprenants de sa personnalité montrent le bout de leur nez, très mignon le nez, à l’image du très cabaret The Right. Des reproches ? Oh, des détails, une valse hésitation entre délivrance pop et retenue intérieure folk, l’une ou l’autre inflexion vocale aussi. Tout comme il y a fort à parier que dans quelques mois, nous ne retiendrons plus que les grandes qualités d’un disque fait pour durer.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Essie Jain – In Between (Ba Da Bing)

01/06/2008

Essie Jain dans l'intervalle

essiejain-inbetweenA peine quelques mois nous séparent de la découverte du premier effort de la folkeuse new-yorkaise (mais originaire de Londres) Essie Jain que déjà pointe le bout du nez de son successeur In Between. Toujours quelque part entre Sandy Denny et Nina Nastasia, le côté pop en prime…

 

En écoute sur MySpace

Deux mp3 : Essie Jain – You

Essie Jain – Eavesdrop

Un disque : Essie Jain – In Between (Ba Da Bing)

03/05/2008

Essie Jain – We Made This Ourselves

essiejain_wemadethisAu fil des années, The Leaf Label s’est fait une spécialité de produire des artistes féminines dont le style, simple en apparence, recèle des trésors d’émotion instrumentale (l’essentielle Colleen) ou vocale (la fragile Nancy Elizabeth). Nouvelle venue dans la caste, la chanteuse folk anglaise Essie Jain (de son vrai nom Essie Jane Wilkinson) trouvera à n’en point douter un espace vital à sa discrète expression, quelque part entre la Nina Nastasia de On Leaving et la perle Sybille Baier. Guère en manque d’arguments, qu’ils soient mélodiques (le superbe Haze démontre à suffisance les qualités vocales de la demoiselle au timbre de soprano) ou arrangés (les cordes de Sailor, au ton de requiem minimaliste), les chansons d’Essie Jain pèchent, en de rares moments, par excès de joliesse vocalisante (Talking). En d’autres endroits, elle nous rêve un monde parsemé de trois notes de piano, illuminé d’une voix en totale – et magnifique – opposition avec le titre chanté (Disgrace) et plus globalement, elle nous prouve qu’elle a beaucoup écouté, sans en faire un infâme plagiat, la légendaire Sandy Denny. Et elle a bien eu raison.

 

En concert le 31 mai au Point Éphémère

En écoute sur MySpace

Un mp3 : Essie Jain Disgrace

Un disque : Essie JainWe Made This Ourselves (The Leaf Label)

 

En clip : Essie Jain – Glory