26/01/2009

Alela Diane se tient tranquille

aleladiane-tobestillMerveilleux indicateur d’un temps qui a passé en la profonde compagnie de sa voix unique de folk singer baignée de gospel, Pirate’s Gospel de la (désormais) incontournable Alela Diane fait à jamais partie de ses albums qui vous bouleversent une vie de music freak. Très attendu – et c’est peu de l’écrire – son successeur To Be Still – nous aura fait patienter plus deux ans (mais oui) et si certaines orientations stylistiques dénotent une volonté de ratisser plus large (à quoi bon la batterie de White As Diamonds ?), on y jettera une oreille forcément toujours de bon aloi. En attendant une tournée européenne aux étapes parisienne (Bataclan, le 6 avril) et bruxelloise (AB, le lendemain).

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Alela Diane To Be Still (Fargo Records)

01/10/2008

Fargo Allstars, un festival, un sampler

fargoallstarsTerre d’accueil d’artistes à l’importance qu’il serait malvenu de discuter, sauf à croire que Jéronimo est le plus grand, le label Fargo Records nous permet à nous, pauvres Européens, de savourer la saveur americana noirceur d’une Jesse Sykes, quand ce n’est la magnifique voix gospel d’Alela Diane, sans doute l’artiste la plus importante de sa nouvelle génération. Dans le cadre de son festival Fargo Allstars – l’affiche est ci-contre – la maison parisienne nous offre la possibilité de télécharger gratuitement le sampler du festival.

 

Rendez-vous sur Believe.fr et tapez le mot de passe fas, vos nom, prénom et adresses e-mail. Le tour est joué, en quatre secondes chrono !

13:16 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : folk, mp3, pop, country, americana, fargo records |  Facebook |

01/10/2007

Alexandre Varlet – Ciel De Fête

CielAprès Barbara Carlotti, première signature francophone sur le très anglo-saxon label 4AD (Cocteau Twins, Pixies & co), c’est au tour d’Alexandre Varlet d’avoir l’honneur – certes devancé par sa compatriote Emily Loizeau – d’être publié sur le très americana Fargo Records. C’est d’ailleurs en cow-boy de La Rochelle – sa ville d’origine – que Varlet ouvre son troisième album, pour un instrumental où les flots de la Charente viendraient se jeter dans la Columbia River, en un confluent qui vaut le coup d’oreille. Tout en revendiquant la dynamique pop des Innocents (Montre-Toi), relookés pour la cause en des Nada Surf chantés par un Benjamin Biolay qui aurait enfin oublié ses irritants tics (les couplets de Le Sens de l’Orientation, joliment mariés à un refrain que l’on devine grinçant), le songwriter français se fait hélas moins convaincant en chanteur romantique (Tutti Quanti), sans toutefois s’égarer dans la complaisance si coutumière d’une chanson française trop propre sur elle. Bien sûr, le chant n’est pas toujours des plus charmeurs, est-ce réellement un défaut tant son timbre enfumé pourrait s’être échappé d’une expérience de laboratoire où l’obscurité de Bashung le disputerait à la rugosité de Johnny Cash. Pour un disque très américain de chanson française, pas si courant à un tel niveau de sympathique réussite.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Alexandre Varlet – Ciel De Fête (Fargo Records)