09/04/2007

Rhâââ Lovely Festival : Milenasong / K-Branding / Bracken

afficherlfLe Rhâââ Lovely Festival 2007, chronique d’une journée que neuf heures de musique(s) foutraques auront bien remplies. Jugez plutôt.

 

J’avais placé de grands espoirs en la Berlinoise Milenasong, tant le folktronica de son album Seven Sisters (Monika Enterprise) avait séduit plus d’un habitué de Matt Elliott. En concert, bardaf, c’est l’embardée, la demoiselle balance tous les ingrédients au beau milieu de la table, à charge pour le malheureux auditeur de recoller les morceaux. Quelques séances de répét’, il paraît que ça aide à faire de la bonne musique. Avis donc à Milena, elle est la seule vraie déception du jour.

 

Remplaçants au pied levé des post rockeurs de Yndi Halda, égarés dans la campagne namuroise, les Bruxellois de K-Branding ont eu la gentillesse d’avancer d’une heure un set prévu pour l’autre scène. Qu’à cela ne tienne, la folie punk jazz du trio sax-guitare-batterie a remballé les sarcasmes du chroniqueur blasé que je peux être. Ce n’était pourtant pas gagné d’avance. Passé le (chouette) premier tiers, je commençais à redouter le bon vieux 0-0 des familles un soir de janvier par -3°C, il n’en a heureusement rien été. Ces dix (longues) minutes de flottement passées, la seconde période m’a redonné le mors aux dents et le poing rageur, je gueulais des insanités lubriques dans l’oreille accueillante de mon voisin, qui les reprenait de plus belle. We want more, they said.

 

Side project de Chris Adams, le charismatique leader de Hood, Bracken fut étonnamment fertile en émotions roots. Complexe et imagée, la musique du trio anglais virevoltait entre intensité dramatique postrocktronica et dance floor working class, tel un croisement subtil entre I Am Kloot, Mogwai et Morr Music. Kinda magic.

27/03/2007

Basil Kirchin - Particles

basilkirchparticlesLa scène se passe au bar de l’hôtel qui jouxte le Botanique. Flanqué de l’amie Rephlex, j’interviewe le duo Broadcast, un de mes meilleurs souvenirs du genre. Chaleureux et attentionnés, Trish Keenan et James Cargill me parlent de la dizaine d’exemplaires vendus en Grèce (et quelques milliers d'autres ailleurs) de Haha Sound, le prédécesseur de Tender Buttons, le fantastique album qu’ils venaient défendre ce soir-là sur la scène de la Rotonde. Le couple de Birmingham n’est pas pressé, il est détendu comme rarement je le suis, c’est un régal. Il me confie sa nostalgie du Birmingham d’avant les sixties et son amour pour le compositeur Basil Kirchin, son album Abstractions Of The Industrial North surtout. Sans forfanterie, ce ne doit pas être le genre de sa maison, Trish m’avoue l’influence que cet album a exercée sur leur superbe Haha Sound. Depuis cette heure passée en leur agréable compagnie, je guette chaque réédition de l’œuvre du musicien britannique, c’est dire si le moment est venu de jeter une oreille sur Particles, moment free jazz de grande ampleur qui tend à prouver que la musique dite atonale peut aussi être drôle. Et écoutable, ce qui ne gâche rien.

 

En écoute sur Boomkat

Un disque : Basil KirchinParticles (Trunk Records)

04/01/2007

Songs of 2006 (II)

1617

16-17 – Sneak Preview

b-o

 

Belong – I Never Lose. Never Really

 

m-m

Machinefabriek – Somerset

jvw

Jozef Van Wissem – Catoptromancy

dt-nh

Dub Trio – Illegal Dub

izu-gs

Izu – Get UR Fleece On

m-scu

Mekon – GSE

aa01

Det Gamla Landet – Kiruna

m+f

Miller + Fiam – Tired Neighbourhood Bird

tt-dd

Terrestrial Tones – The Sailor

tsiam

This Song Is A Mess But So Am I – Lonely Way

29/12/2006

Claude Tchamitchian

tchamtchian3_-_23Fondateur du label marseillais Emouvance, le jazzman contrebassiste Claude Tchamitchian grave au fronton de sa verve créatrice les lettres de la liberté sans concessions mercantiles. Chapeau bas, monsieur.

 

Un mp3 Claude Tchamitchian & Jean-Luc Cappozzo – Pourriture Noble

Deux disques : Claude Tchamitchian & Jean-Luc Cappozzo – Le Soufflé Aux Eclisses (La Nuit Transfigurée)

Claude Tchamitchian –  Human Songs (Emouvance)

Photo CitizenJazz

11/10/2006

Bass Tone Trap – Trapping

ae_1_bCombo (post) punk (free) jazz (free) rock de Sheffield à l'incontournable énergie, Bass Tone Trap commettait en 1983 le furibard Trapping. Distribution de capotes sur Octopus.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Bass Tone Trap – Trapping (Music A La Coque)

20/09/2006

16-17 – Early Recordings

Fantasmons l’espace d’un instant, période 1983. Virés des USA, les Gang of Four trouvent refuge chez John Zorn, le temps de dantesques sessions d’enregistrement. Naturalisés suisses, ils fondent 16-17 et leurs auditeurs sont bons pour l’étiquette de pestiférés sonores. Pourquoi ? Les explications sont sur Octopus.

 

Un mp3 16-17 Sneak Preview

Un disque : 16-17 – Early Recordings (Savage Land Records)