14/09/2007

Arca – On Ne Distinguait Plus Les Têtes

arcaPersonnage central (au même titre que Yann Tambour) d’une scène indépendante française au-dessus de tout soupçon, Sylvain Chauveau multiplie les projets ambitieux, en son nom propre comme sous celui d’Arca. Alors que son album de reprises de Depeche Mode n’a suscité qu’une indifférence polie auprès de l’auteur de ces lignes (alors qu’il s’agit de son disque le plus médiatisé), tout autre fut l’accueil en leur temps des indispensables Un Autre Décembre (et son minimalisme pianistique à la Max Richter) et Angles (et son post rock puissamment retenu). Quatre années plus tard, Chauveau et son complice Joan Cambon nous reviennent, et de quelle manière. De ses têtes que le titre ne distinguait plus, nous nous permettons de relever la figure incontournable du grand David Sylvian, influence manifeste des superbes Unspeakable et Lonesome Witness Of Her Nudity, voire Faced By The Night. En fan invétéré de Dave Gahan et Martin Gore, Chauveau abandonne – en homme de goût – la posture crâneuse du premier pour rejoindre la classe mélodique infinie du second (Stonefall Inside). Tantôt épuré dans une discrétion rock réminiscente de l’opus précédent Angles (Maybe Chicago), tantôt épris d’une mélancolie belle à faire chialer Colleen et Ryuichi Sakamoto (Sunday Negative), ce grand disque triste épousera les premiers contours de l’automne de son subtil orgueil

 

En écoute sur MySpace

Un disque Arca – On Ne Distinguait Plus Les Têtes (Ici D’Ailleurs)

16/08/2007

Sylvain et sa main chauveaude

type030v_sleeeve_med_size_0Saison propice aux amours, l’été révise ses classiques. D’abord, Arca revient avec un album magnifique de mélancolie automnale aux humeurs très David Sylvian. Pour rester dans le mood, Sylvain Chauveau (le complice de Joan Cambon dans Arca) nous promet un mini-album où la guitare préparée affrontera l’électronique. Pour ne rien gâcher, ça sera sur Type. 

En écoute sur MySpace

Un disque disponible : Arca On Ne Distinguait Plus Les Têtes (Ici D’Ailleurs)

Un disque à venir : Sylvain Chauveau S. (Type Recordings)

21/03/2007

Matt Elliott – Failing Songs

Matt-Eliott-Failing-SongsLe lieu (Recyclart) n’était sans doute pas le plus destiné à l’accueillir, il n’empêche que les compositions hantées de Matt Elliott embaumaient toute la salle de leur morbidité éthylique ce soir-là de novembre. Plus maladives encore que l’extraordinaire Drinking Songs, l’album précédent hommage ultime à l’alcoolisme des flots déchaînés, les chansons – le terme est mal choisi tant la détresse enivrée de leurs propos me glace le sang – du musicien anglais explorent sans relâche le fond sali des âmes solitaires, tant elles sont peuplées de cette vodka dont on fait les mauvaises cuites post-traumatiques. Définitivement hors d’atteinte de l’orbite folktronica, dont il n’a gardé que le folk pour mieux le phagocyter, Matt Elliott se verra sans doute reproché un certain manque de variété sur les trois premiers titres, ceux-là n’auront pas compris que son folklore réinventé appuie sur les morsures de l’âme slave, celle d’une Sofia Goubaîdoulina qui revisiterait Vladimir Vissotski sur fond de Pascal Comelade. Et de leurs souffrances pudiques, les patients incurables de la mélancolie sublimée de Nick Drake feront une cavalcade entre Sibérie de glace et Andalousie de feu. Noir, c’est noir, il n’y a plus (guère) d’espoir. 

 

En écoute sur MySpace

Deux mp3 (via Art-Rock) Matt Elliott – The Failing Song

Matt Elliott – Gone

Un disque : Matt Elliott – Failing Songs (Ici d'ailleurs) 

03/11/2006

Matt Elliott - The Kursk

.

12:22 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : matt elliott, ici d ailleurs, video, folk |  Facebook |