16/03/2013

Rachel Zeffira – The Deserters

rachelzeffira-thedeserters.jpgDécidément, ce début d’année nous vaut une rafale de découvertes à ne plus savoir où tourner du slip. Outre la délicieuse Lindi Ortega, l’horizon nous dévoile The Deserters, premier album de la Canadienne (encore !) Rachel Zeffira, et nul doute qu’on en reparlera. Résidente londonienne et ex-membre de Cat’s Eye, la jolie brune de 30 ans dévoile un potentiel pop où les influences se bousculent sans toutefois se noyer dans une quelconque bouillie new age. Ainsi, d’entrée de jeu, la singer songwriter enterre définitivement Enya, pour ensuite mettre les fans endeuillés de feu Trish ‘Broadcast’ Keenan d’accord avec les nostalgiques du meilleur Cocteau Twins. Plus loin, on songe à une version contemporaine et anglophone de Françoise Hardy, sensualité à fleur de peau cent pour cent incluse, alors qu’en d’autres endroits, on sent l’ombre de Mark Hollis tapie dans un recoin du studio. A un tel niveau, ce n’est plus beau, c’est tout simplement mag(nif)ique...

 

Un disque : Rachel ZeffiraThe Deserters (Last Gang Records)

04/03/2013

Lindi Ortega – Cigarettes & Truckstops

Last Gang Records, Lindi Ortega, country, singer songwriter, songwriting feminin, americana, critiqueAvec son très charmant minois de brunette aux racines latinos (de par son daddy), on imaginerait plus vite Lindi Ortega en sœur cadette de Gabrielle Solis dans Desperate Housewives qu’en singer songwriter country pur jus. Pourtant, et je lance officiellement l’avis à tous les fans invétérés d’Emmylou Harris (dont je fais partie), le second effort de la musicienne canadienne en jette sous le coude et donne une franche envie de s’envoyer cul sec une dizaine de whiskys bien sentis. Non qu’on ait envie d’oublier fissa les dix morceaux de l’album, au contraire ils sont tous excellents, juste qu’une révélation de cet acabit, ça donne une fichtre envie d’enfourcher sa Jolly Jumper, le Colt bien attaché à la ceinture, et d’aller taper le carton au saloon du coin. Car au-delà de toutes les clichés que le genre peut véhiculer en Europe, Lindi Ortega a un chic très particulier pour la composition de titres smooth, qu’elle chante excellemment de sa très belle voix, sans compter que ses musicos sont loin d’être des manchots. Revelation of the year, dude.

 

Un disque : Lindi OrtegaCigarettes & Truckstops (Last Gang Records)

11/11/2007

Metric – Grow Up and Blow Away

metric-growupNous la connaissons tous, la belle histoire d’Emily Haines. Des débuts difficiles, un premier album enregistré à la sortie avortée, un deuxième album échappé dans le film Clean, un single imparable d’évidence (Dead Disco) qui leur vaut une reconnaissance internationale, avant un décevant troisième essai en 2005 (et une première partie des Rolling Stones), sans même parler du très moyen disque solo de la demoiselle (bien loin des références Marissa Nadler ou Meg Baird). Deux années plus tard, nous voici de retour en 1999, pour la sortie (enfin) de ce Grow Up…, le ci-devant nommé premier opus avorté. A l’époque, Metric n’est encore qu’un duo (Haines et le guitariste Jimmy Shaw), le genre n’est pas encore aux sauts de cabri, plutôt à une pop gentillette, voire primesautière. Tels des Cardigans en phase de poussée hormonale, le duo de Toronto multiplie les chansonnettes sympathiques, et il n’y avait pas de quoi ressusciter ce succédané d’indie pop aussi léger que provisoire.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Metric Grow Up and Blow Away (Last Gang Records / Grönland)