13/09/2006

Magnolia Electric Co. – Fading Trails

Petit aperçu de la carrière de Jason Molina, l’homme bicéphale qu’on aime autant côtoyer chez Magnolia Electric Co. que chez Songs: Ohia. Très souvent comparé à Neil Young en raison notamment d’une voix mélancolique en marge de la dépression solitaire assumée, Molina a fondé en 1993 Songs: Ohia, pour au moins un album fondamental, le dernier en date, l’impeccable Didn’t It Rain. Le groupe mis entre parenthèses, l’homme de l’Ohio fonde en 2003 Magnelia Electric Co., dont nous retiendrons surtout l’excellent What After The Blues de l’an dernier. Pour ce nouvel opus, enregistré sous la conduite de l’incontournable Steve Albini, Molina et ses acolytes semblent plus que jamais enfoncés dans les noirceurs post-modernes de la déprime existentielle, ils en oublient hélas que des brindilles de second degré éparpillées sur notre chemin pourraient nous donner envie de leur tendre la main. Tel un équivalent country-rock du Remué de Dominique A, le nouvel opus pose plus de questions qu’il ne propose de réponses bien que quelques titres, dont The Old Horizon et Talk To Me Devil, Again, viennent rendre le message plus audible. C’est heureux tant le coup de bambou était proche de nous emmener au cimetière.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 Magnolia Electric Co. Lonesome Valley

Un disque : Magnolia Electric Co. – Fading Trails (Secretly Canadian)