12/03/2011

Esben And The Witch – Violet Cries

Esben-and-the-Witch-Violet-Cries.jpg Un trio à Brighton, ça vous dit ? Non, petit fripounet, pas une aventure horizontale en triangle, ponctuée de cris stridents, juste la découverte d’Esben And The Witch (au nom inspiré par un conte de fées danois), trois jeunes gens du cru dont le premier effort vient de prendre (bonne) place dans la discothèque de votre serviteur. Tout avait démarré d’étrange façon, pourtant, quatre minutes durant. L’objet du – bref – délit ? Quelques arpèges de guitare façon Cure, ou même (euh) Indochine, plantés sur un drone doom débouchant sur des échos sonores à la Cocteau Twins vs Mono (et ça préjugeait déjà du meilleur à suivre). Inutile d’en faire des tonnes, la suite est d’un acabit totalement valorisant. Construisant des châteaux rêveurs dans une terre fertile – et gothique – habitée par Bat For Lashes, Midaircondo et Warpaint, les deux garçons et la fille de la South Coast refusent obstinément de s’emprisonner dans un genre rose bonbon à la mords-moi la rondelle. Même si certains détails vocaux de la demoiselle au micro dévoilent certains défauts, dont un haut du spectre qui s’étouffe rapidement, on demeure le plus souvent accrochés à leurs compositions, ancrées dans un romantisme sombre qui convoque les envols romantiques de Sol Seppy, voire les ressorts dramatiques de Shannon Wright. Ainsi que, c’est une évidence, la corbeau attitude des Sisters of Mercy, replacées dans un contexte épris de jeunes femmes au bord de la crise de nerfs.

Un disque : Esben And The WitchViolet Cries (Matador Records)


Read full review of Violet Cries - Esben and the Witch on Boomkat.com ©

02/03/2009

Condo Fucks and rocks

condofucks-fuckbookEn plein trauma post-I Am Not Afraid of You and I Will Beat Your Ass, dernière contribution en date (2006) – et laquelle – des rockeurs de Yo La Tengo? La solution existe, elle porte un autre nom, le révélateur Condo Fucks, celui sous lequel le trio de Hoboken, NJ, s’était dissimulé à l’affiche du Magnetic Fields voici un an. And they still fuckin’ rock, no doubt about that...

 

En écoute sur le label

Un disque : Condo FucksFuckbook (Matador Records)

12/12/2008

Belle & Sebastian – The BBC Sessions

Belle & Sebastian – The BBC SessionsDans la vie, il n’est rien de pire que les gens qui retiennent leur façon de penser, de peur du ridicule, par crainte du qu’en dira-t-on. Dès lors, lançons-nous, sans fausse pudeur, le document – quatorze titres enregistrés entre 1996 et 2001 pour diverses sessions de la BBC, augmenté d’un Live à Belfast – est d’une importance capitale dans l’histoire de la pop music contemporaine. On y trouve Belle & Sebastian dans son line-up originel (dont la magnifique Isobel Campbell), celui qui nous a tant enchantés sur les indispensables Tigermilk, If You’re Feeling Sinister et Fold Your Hands Child, You Walk Like a Peasant (nous avons quelques réserves pour The Boy With Tha Arab Strap), sans même parler du génial coffret Lazy Line Painter Jane. Terriblement émouvantes pour les fans, ceux qui regretteront à jamais les sonorités boursouflées de Dear Catastrophe Waitress, premier opus de Stuart Murdoch & co sorti chez Rough Trade, les quatorze titres balaient six années d’une magie absolue, en dépit d’une interprétation parfois bancale (on se demande qui de Murdoch ou du trompettiste Mick Cooke joue le plus faux sur Judy And The Dream Of Horses). Le reste – l’essentiel, l’incontournable – reprend des titres aujourd’hui classiques (The State I Am In, Like Dylan In The Movies, The Stars Of Track & Field), déployés dans des arrangements certes attendus, encore que le coup de folie organique Lazy Jane nous plaise beaucoup, mais qui témoignent de la maîtrise absolue d’une formation au sommet de son art (l’accident cité plus haut excepté). Allo, père Noël ?

 

Un disque : Belle & SebastianThe BBC Sessions (Jeepster Recordings / Matador Records)

29/10/2008

Belle And Sebastian, les BBC Sessions

belleandsebastain-thebbcsessionsPas la peine de tourner longtemps autour du pot (de chambre de Normandie), en 1996 comme en 2008, les Belle And Sebastian faisaient partie de l’élite pop mondiale, celle qui nous a valu des titres aujourd’hui classiques (The Stars Of Track & Field, Waiting For The Moon To Rise, The Boy With The Arab Strap, et la liste est exceptionnellement longue). Résultat de quatre visites à la BBC entre l’originel Tigermilk de 1996 et le quatrième opus Fold Your Hands Child, You Walk Like A Peasant de 2001, The BBC Sessions est également complété d’un second disque Live In Belfast donné à l’occasion de la Noël 2001. En attendant l’hypothétique successeur au magnifique The Life Pursuit.

 

Un mp3 : Belle And Sebastian The Stars Of Track & Field (Mark Radcliffe Session, 07/96)

Un disque : Belle And Sebastian The BBC Sessions (Matador Records)

11/07/2008

Matmos – Supreme Balloon

matmos-supremeballoonBonne nouvelle au rayon des jouets électroniques, le duo Matmos n’a pas perdu son sens de l’humour potache. Dès les premières secondes, ce sont des synthétiseurs sortis d’un catalogue Korg – ou Roland, ou Moog – des seventies qui lancent la machine, jonglant à merveille entre déglingue latino (cette rythmique presque salsa) et foutoir analogique (Rainbow Flogs), serait-ce donc la recette du bonheur ? Tout s’enchaîne sur le très pop Polychords, sorte de délire libidineux qui marierait l’Idiology des Mouse On Mars au binarisme d’Harmonic 313. Bien au-delà de son apparente facilité moqueuse, toujours en recherche de subtilités rythmiques que ne renierait pas le duo Jan St. Werner / Andi Toma déjà cité, ce nouvel effort de Martin Schmidt et Drew Daniel débusque les champs expérimentaux de leurs auteurs et tels deux grands enfants, ils s’amusent à relier entre eux des fils fantasmagoriques entre musique baroque (celle de François Couperin, dont ils reprennent Les Folies Françaises au Korg MS2000) et explorations électroniques allemandes à la Dopplereffekt. Un énorme bol d’air, pour le cœur et les neurones.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 : Matmos – Rainbow Flag

Un disque : Matmos Supreme Balloon (Matador Records)

 

En clip : Matmos Exciter Lamp And The Variable Band

 

21/04/2008

The Cave Singers – Invitation Songs

thecavesingersElles débutent pourtant bien, les premières secondes de Invitation Songs, premier effort du trio de Seattle The Cave Singers dont la légende prétend que le guitariste Derek Fudesco (un nom à retenir) n'a découvert l'instrument que voici peu. C'est d'abord la voix nasillarde du chanteur Pete Quirk qui frappe l'auditeur, tant sa ressemblance avec l'organe vocal de Gordon Gano des Violent Femmes est confondante de vérité. Quelque part aussi, nous retrouvons la part d'âme des Two Gallants quand ils plongent la part crasseuse de leur folk bluesy dans un punk que Bob Dylan aurait rêvé d'endosser, s'il s'était orné d'une crête à la Johnny Rotten. Sauf qu'en dépit de très bonnes chansons (mélodiquement s'entend) et de très bons musiciens (dont la guitare citée plus haut, souple et abrasive à la fois), le disque ne décolle jamais et donne surtout envie de revisiter la discographie des tapettes violentes et des deux galants déjà évoqués. D'autant plus dommage que la quasi-totalité des morceaux renferme un potentiel d'excitation sonore qui ne demandait qu'à exploser. 

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 (via Captain Obvious) : The Cave Singers – Helen

Un disque : The Cave Singers Invitation Songs (Matador Records)

 

En clip : The Cave Singers – Dancing On Our Graves 

 

 

06/08/2007

Cat Power remet le cover

catPower2-12D’accord, Cat Power est devenue une icône des lectrices de Elle, dont les critiques musicales sont toujours aussi désopilantes de nullité (genre quinze lignes pi-peu-leuh sur le formidable album d’Elvis Perkins, pour à peine deux lignes de contenu musical). Soit, fashion victim ou pas, Chan Marshall compte, à en lire son MySpace, refaire le fabuleux coup du Covers Record. Et ça nous changera des insipides Mud Flow en plein trip Madonna. Mouarffffffffff.

 

Un mp3: Cat Power – (I Can’t Get No) Satisfaction

Un disque : Cat Power – The Covers Record Vol. 2 (Matador)

16/06/2007

The New Pornographers – Challengers

challengersPetits chouchous de ces pages, les Canadiens The New Pornographers pratiquent l’art de l’incision bacharachienne dans les nervures juteuses dont s’abreuvent les Pernice Brothers, Suzanne Vega et le premier Polyphonic Spree. Plus d’explications sur Challengers, quatrième album de la bande à Dan Bejar, Neko Case, Carl ‘A.C.’ Newman & co, dont la sortie est prévue fin août.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 The New Pornographers – My Rights Versus Yours

Un disque : The New Pornographers Challengers (Matador Records)

03/12/2006

Cat Power - Nude As The News (1996 - Live at Nulle Part Ailleurs)

.