04/10/2009

Scarcity Of Tanks – No Endowments

scarcityoftanksUn détour par Cleveland, Ohio plus tard, nous voilà l’heureux(?) propriétaire d’un disque hors normes, bruyant et déséquilibré. Complètement à l’ouest de Fugazi et The Fall, qui passent pour d’aimables boy scouts en plein bad trip Spandau Ballet, Matthew Wascovich et ses comparses sans cesse mouvants de Scarcity Of Tanks (dont Mike Watt de The Minutemen et des Stooges) secouent les vermicelles dans la soupe et ils en mettent autant par terre que dans l’assiette. De leur approche radicalement post punk (dans l’esprit) et noise fusion (les arrangements, déchaînés), ils malaxent en toute radicalité un spoken word vindicatif et vengeur. Au son d’une basse qui tournoie, d’une batterie qui jubile et d’un saxo en mode free on, la bête rugit et bondit sur sa proie. A qui elle ne laisse aucune chance.

 

Un disque : Scarcity Of Tanks No Endowments (Textile Records)


hedge over height - scarcity of tanks

Growing 33 - Scarcity of Tanks

25/06/2007

The Book Of Knots – Traineater

bookofknotsFondamentalement Big Apple, donc universel, le rock inquiet de The Book Of Knots synthétise le meilleur de la grosse pomme. En archétype du superband – ses quatre membres sont actifs dans Pere Ubu, Tin Hat Trio, Sparklehorse, They Might Be Giants, liste non exhaustive – TBOK dévoile une liste de prestigieux invités (dont Tom Waits et Carla Bozulich) qui ne fait qu’accroître un enthousiasme tout légitime. Echappée dans les interstices de Sonic Youth (View From The Watertower), sa musique s’évade chez Paul Hardcastle (Hands Of Production) avant que le chant ralenti de Carla Kihlstedt ne trouve un magnifique écho post-Neko Case en la harpe de Zenna Parkins (Traineater) ou en l’accordéon de Joel Hamilton (Where’d Mom Go). Bien sûr pas en reste, Tom Waits dévoile ses atours les plus inquiétants sur un Pray de cathédrale sataniste, Mike Watt expire un cauchemar épique (Pedro To Cleveland) tandis que David ‘Pere Ubu’ Thomas fabule une irrésistible boîte à sarcasmes (Red Apple Boy). Passons sur le chant faussement Iron Maiden de The Ballad Of John Henry pour mieux repartir sur Midnight, où le chant de Megan Reilly révèle une Hope Sandoval fascinée par les Cowboy Junkies. Tandis que bien des projets aux noms ronflants n’ont pour unique raison d’être le guet-apens du chaland, The Book Of Knots démontre toute la vitalité d’une scène nord-américaine enviée de par le monde, à juste titre.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3: The Book Of Knots (feat. Tom Waits) – Pray

Un disque : The Book Of KnotsTraineater (Anti-)