28/01/2007

 V/A – 4 Women No Cry 2

4wnc2Les artistes féminines ont toujours trouvé leur juste place sur le label berlinois Monika. Rien que pour ces dernières années, Michaela Melian nous a fait cadeau du splendide Baden Baden, vision élégiaque d’une electronica mélodique qui marquera notre décennie, tandis que Barbara Morgenstern revisitait  avec panache l’electro-pop et les déjantées Cobra Killer revisitaient leur répertoire accompagnées d’un orchestre de mandolines à se déboîter la mâchoire. Fille de la compilation 4 Women No Cry 1, le présent disque s’inscrit dans la droite ligne de la structure dirigée par Gudrun Gut, entre pop music, électronique et féminisme.

 

Première de cordée, l’Autrichienne (de New York) Dorit Chrysler, nous fait voguer entre un Claude Lelouch enfin ironique (Spring Breeze) et un Mars Attacks de traviole où Ikue Mori ferait (oval) office de First Lady en manque de coke (My Sweet Chimera). Jouant d’un instrument analogique au nom étrange de theremin (du nom de son inventeur russe), elle propose également un clin d’œil un rien forcé à sa comparse Morgenstern se prenant pour Nico (Chlorophyll) qui nous empêche de totalement adhérer à son propos.

 

Changement de ton avec la Japonaise (de Londres) Mico. En trois titres bien troussés, Mieko Shimizu de son vrai nom balance un hippoptronica dont l’humour n’est pas la moindre des qualités, avant de rendre hommage à Ms. John Soda et Masha Qrella dans un anglais aux forts accents nippons. Charmant, voire désarmant.

 

Figure de la scène underground berlinoise, Monotekktoni (aka Tonia Reeh) se retrouve tout naturellement sur le label de sa ville natale. Telle une Laetitia Sadier perdue dans Kreuzberg au son d’un Steve Reich électro-pop, la camarade des Modeselektor fait partie des rares à même de mêler les rires aux larmes et d’apporter au dancefloor une touche de cynisme à rendre (presque, faut pas déconner non plus) sympathique les déchets soniques du genre David Guetta. Bonnes copines, Barbara Morgenstern et Gustav lui disent déjà danke schön, tout en s’étonnant de l’expressive mélancolie – limite pleurnicharde – de l’ultime Pappeln.

 

Dernière à entrer en lice, la Barcelonaise Iris a beaucoup écouté l’Autrichienne Eva Jantschitsch, alias Gustav. Sans toutefois parvenir au même degré de perfection électro-pop que sa consoeur viennoise, la musicienne catalane, qui doit aussi vouer un culte à la magnifique Tujiko Noriko, fait œuvre d’honnête artisane du genre et conclut en toute sérénité une compilation dont un des grands mérites est d’offrir un éclairage plus que bienvenu à quatre artistes dont on reparlera.

 

Dorit Chrysler sur MySpace

Mico sur MySpace

Monotekktoni sur MySpace

Iris sur MySpace

Un mp3 Monotekktoni – Operation

Un disque : V/A – 4 Women No Cry 2 (Monika)

22:22 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : electronica, pop, monika, mp3, critique |  Facebook |

04/08/2006

V/A - Als Die Partisanen Kamen (1979-1983)

Avant de participer aux débuts de l’aventure Einstürzende Neubauten, puis de fonder le fantastique label Monika et d’animer Ocean Club sur Radio Eins, Gudrun Gut avait fait partie du groupe féminin cold wave Mania D. En hommage à cette période fondatrice de l’underground berlinois, le label Zensor avait sorti en 1991 la compilation Als die Partisanen kamen (Quand Les Partisans Sont Arrivés) dont le fameux blog de la radio WFMU se fait l’écho ici. Dix-neuf morceaux imparables.