13/03/2011

Angelicá Castelló – Bestario

angelicacastello-bestario.jpgAu-delà d’un douteux premier morceau, Bestario de la Mexicaine aus Wien Angelicá Castelló est à conseiller sans autres réserves. La suite sur le Grisli.

Un disque : Angelicá CastellóBestario (Mosz)

03/07/2010

Rdeča Raketa – Old Girl, Old Boy

rdecaraketa-oldgirloldboyDuo formé de la Slovène (basée à Vienne) Maja Osojnik et de l’Autrichien Matija Schellander (déjà entendu dans Métalycée), Rdeča Raketa – prononcer Rdetcha Raketa – emmène l’auditeur en une extraordinaire promenade fantasmagorique dans les contrées turntablisées de Philip Jeck et de Giuseppe Ielasi. Grâce à la combinaison épatante d’enregistreurs à cassette, de Paetzold recorder, de jouets, de basse électrique et de multiples outils électroniques, les deux complices démontent les concepts nauséeux et placent la bravoure libertaire au centre de leur attention, nourrie d’opposition à tout préjugé. Mariant la décalcomanie à la bravoure sonore, débusquant au coin d’un magasin de jouets pour grands enfants exilés sur Touch ou Schoolmap Records les sonorités d’un voyage au pays de tous les (im)possibles, Osojnik et Schellander déclinent en une seule longue plage un dynamisme intellectuel qui n’exclut ni plaisir ni lucidité. Et pour vous donner une idée encore plus exacte de la vitalité neuronale extrême de notre duo favori – rayon nouveautés 2010, on vous invite à fouiller YouTube, vous y dénicherez une épatante performance au Sonntags Abstrakt de Graz. Disque du mois, M. Charlebois !

 

Un disque : Rdeča Raketa – Old Girl, Old Boy (Mosz)

28/06/2009

Metalycée – It Is Not

metalycee-itisnotLes racines du projet Metalycée remontent déjà à l’an 2003, année de composition d’un disque où les artistes sonores viennois Armin Steiner et Nik Hummer manipulaient numériquement des samples de guitares et de batterie. Complété depuis deux ans, l’effectif du groupe comprend aujourd’hui la chanteuse Melita Jurisic, le batteur Bernhard Breuer et la bassiste Matija Schnellander, ce qui a fait évoluer sa musicalité dans une direction où le metal downtempo croise le fer avec le spoken word, voire le free jazz.

Le plus frappant à l’écoute de cet It Is Not, c’est la voix caverneuse de l’actrice et vocaliste australienne Melita Jurisic, déjà entendue aux côtés de Szely ou de Philipp Quehenberger. Fille très digne de Nico, Myra Davies et Ursula Rucker, elle récite des textes certes pas drôles mais qui prennent tout leur sens lugubre, grâce à l’accompagnement musical de ses partenaires. Relevons notamment le jeu de batterie de Bernhard Breuer sur Satisfy My Soul, implacable et motorique, ainsi que l’abrasivité du duo Hummer / Steiner sur le morceau-titre, remarquable écho du Hello Voyager de Carla ‘Evangelista’ Bozulich, œuvre majeure de l’année écoulée.

 

Un disque : Metalycée – It Is Not (Mosz)


It Is Not - Metalycée

Something Sick - Metalycée

26/01/2009

Till The Old World’s Blown Up And A New One Is Created – s/t

tilltheoldworldsblownupLe nom de ce nouveau projet de la scène viennoise peut sembler interminable, il est tout le contraire du disque, d’une pertinence rare qui raccourcit le temps au fil des trente-quatre minutes du seul morceau qui le compose (plus un second mini-CD). A la lecture des trois protagonistes aux commandes (Christian Fennesz, Werner Dafeldecker et Martin Brandlmayr), la fascination prend un sens tout particulier, nourri des œuvres précédentes Venice de Fennesz, 2 CD de Kapital Band 1 (dont Brandlmayr est le batteur) ou Autistic Daughters (Brandlmayr et Dafeldecker, plus le Néo-Zélandais Dean Roberts sur le label Kranky). Résultat d’échanges répartis sur plus de quatre longues années, Till The World… intègre à merveille les racines de ses inspirations, du merveilleux jazztronica du 2 CD déjà cité aux décombres americana d’une vibrante chambre d’écho, en passant par la verticalité ligetienne de passages extirpés d’une odyssée de l’espace d’une cohérence pratiquement unique à un tel niveau d’accomplissement. Le second mini-disque regroupe les trois compositions – une par membre du trio – qui forment le cœur de la pièce principale et intéressera surtout les dissecteurs impitoyables qui veulent comprendre à tout prix les tenants et aboutissants de ce monde explosé en voie de recréation.

 

En écoute sur Juno

Un double disque : Till The Old World’s Blown Up And A New One Is Created s/t (Mosz)

15/04/2008

Kapital Band 1 – Playing By Numbers

kapitalband1-playingbynumbersC’est désormais officiel, en à peine deux albums (le fantastique opus originel 2CD et le présent Playing By Numbers), le duo viennois Kapital Band 1 émarge définitivement au registre des plus grands projets à la frontière du jazz (tout comme de la musique contemporaine) et au cœur de l’electronica. La suite sur Octopus.

 

En écoute sur MySpace

Un disque : Kapital Band 1 Playing By Numbers (Mosz)

03/08/2007

September Collective – All The Birds Were Anarchists

septembercollective-anarchistsAu panthéon de la musique électronique aus Berlin, Barbara Morgenstern, Stefan Schneider et Paul Wirkus, ça doit faire un super groupe. Sauf que… la suite sur Octopus.

 

En écoute sur MySpace

Deux mp3: September Collective – Substitute Original

September Collective – Essentially Unchanged

Un disque : September Collective – All The Birds Were Anarchists (Mosz)

22/01/2007

Rashim – Suns.Shadows

mosz011_coverDéstructurée et foutraque à la première oreille, la musique electronica du duo viennois Gina Hell - Yasmina Haddad (autrement dit Rashim) présente la pop berlinoise de Morr Music (en ses meilleurs jours et ce ne sont pas les plus récents) à Midaircondo au travers d’un filtre technologique revisité par Iannis Xenakis. Pour un premier album que nous avons tous hâte de découvrir en urgence.

 

La chronique de Philippe Gimet sur Octopus

En écoute sur MySpace

Un mp3 Rashim – Sheman

Un disque : Rashim – Suns.Shadows (Mosz)

21:26 Écrit par Fab dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : electronica, rashim, mosz, mp3, preview |  Facebook |