23/01/2009

Soccer Committee & Machinefabriek – Drawn

soccercommitteemachinefabriek-drawnQuestion: Rutger  Zuyderveldt a-t-il trouvé la recette pour rester éveillé 24h sur 24, 7 jours sur 7 ? Au rythme actuel de ses productions, sur lequel la rubrique Love On The Bits est revenue le mois dernier, le doute est permis, tant le niveau de constance dans la qualité supérieure de sa démarche reste impressionnant. Associé à sa compatriote néerlandaise Mariska Baars, alias Soccer Committee (c’est loin d’être une première), Machinefabriek tisse des atmosphères d’une délicatesse incomparable à un tel niveau de connivence entre l’electronica dépouillée, la folk et l’acoustique contemporaine, magnifiée de la voix sublime de Baars, au phrasé élégant et qui ne force jamais la note (écoutez Di-o-day, vous nous en donnerez des nouvelles), à l’instar de Tara Jane O’Neil en ses meilleurs moments et ils sont nombreux. Inutile d’ajouter qu’un tel disque, long de ces vingt-quatre courtes minutes, ne voit son intérêt croître qu’au fil des écoutes, que nous vous souhaitons nombreuses.

 

Un mp3 : Soccer Committee & Machinefabriek Cristopher (for Suzanne) 

Un disque : Soccer Committee & Machinefabriek Drawn (Morc Records)

18/01/2009

Annelies Monseré – Somewhere Someone

anneliesmonsere-somewheresomeoneL’heure étant plus que jamais à ces pseudo-artistes imitatrices de Dusty Springfield et Amy Winehouse, il est réconfortant d’entendre de vraies personnalités – discrètes comme elles sont attachantes – tracer leur sillon, en toute lenteur, en pleine humilité. Auteur en 2005 d’un premier disque dont le temps n’a fait que confirmer la juste place aux côtés de Jessica Bailiff, la Gantoise Annelies Monseré nous fait patienter, et de quelle manière sur cet EP qui confirme sa patte sombre et vaporeuse, inquiète et éthérée. Musicalement, le dépouillement dont fait preuve la compagne de Wim Lecluyse (responsable du label Morc) renforce la dynamique immobiliste de ses six nouveaux titres, d’une forte personnalité alanguie qui donne paradoxalement envie de s’allonger dans les bras de l’enfer, histoire de mieux capter un monde entre sérénité coupable et malaise réconfortant.

 

Un mp3 : Annelies Monseré – Golden

Un disque : Annelies Monseré Somewhere Someone (Morc Records)


Get a playlist! Standalone player Get Ringtones

17/01/2009

Murcof – The Versailles Sessions

Murcof – The Versailles SessionsElle n’est plus à faire, la réputation de Fernando Corona, les organisateurs des Grandes Eaux Nocturnes l’ont bien compris. Invité dans le cadre de l’édition 2007 de ce festival sons et lumières autour des pièces d’eau du château de Versailles, le génial Murcof s’est inspiré des musiques baroques jouées du temps de la splendeur des lieux voulus par Louis XIV, ses six compositions électroniques s’inspirant d’enregistrements de musique baroque jouée sur instruments itou (clavecin, viole de gambe, violon, flûte…). A peine moins captivantes que les atmosphères spatiales de son magique album Cosmos, les six œuvres du musicien mexicain forment un pont absolument sensationnel entre quatre siècles que tout semble séparer et qui n’ont jamais paru si proches. Telle l’ouverture Welcome To Versailles, d’une renversante beauté qu’on souhaiterait sans fin, le nouvel opus de Corona témoigne d’une maîtrise supérieure de son environnement. Au lieu de se laisser aller à une contemplation majestueuse des lieux, ce que la facilité aurait recommandé, l’homme de Tijuana (et résidant barcelonais) met le doigt sur les contradictions de son décorum, explorant les tourments de ses habitants, jusqu’aux plus célèbres (Louis XIV’s Demons). Quand une mezzo-soprano intervient, son lyrisme enchante d’une beauté vocale surréelle, hors de toute joliesse décorative (A Lesson For The Future, Farewell To The Old Ways), avant qu’un choc intercosmique entre clavecin et laptop inquiète autant qu’il séduit de son obscurité fertile (Spring In The Artificial Gardens). La conclusion – la célèbre Turquerie de Jean-Baptiste Lully mise en regard d’une discrète pulsation contemporaine – confirme l’opportunité absolue d’un projet mené de main de maître.

 

Un mp3 : Murcof Louis XIV’s Demons

Un disque : Murcof The Versailles Sessions (The Leaf Label)


Get a playlist! Standalone player Get Ringtones

17/12/2008

Parts & Labor, real post punk's not dead

partsandlabor-receiversPost punk’s not dead, le krautrock non plus! Une preuve, un indice ? Rendez-vous du coté des Ricains de Parts & Labor, trio devenu quatuor dont les chansons hyper-dynamisantes rappellent, sans le singer, l’héritage de Wire (ils en assureront la première partie d’une tournée allemande) et de Mission Of Burma. On vérifiera tout ça en février sur scène, lors d’un mini-trip franco-belge (Gand, Liège, Bruxelles, Bordeaux, Nantes et Paris) à forte teneur explosivo-apocalyptique.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 : Parts & Labor Nowheres High

Un disque : Parts & LaborReceivers (Jagjaguwar)

13/12/2008

Wavves, renndez-vous en 2009

wavvesDe l’énergie punköide à revendre, des mélodies qui font la part belle à un Ariel Pink sous influence Sonic Youth, son cracra included, le gars Nathan Daniel Williams, dites Wavves pour faire jeune, est un énorme espoir pour 2009. Chiche qu’on en reparle, et pas  que du bout des lèvres ?

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 : Wavves So Bored

Un disque : Wavvess/t (De Stijl)

06/12/2008

Richard Skelton, âpre et beau

richardskelton-markingtimeBien sûr, au premier regard, la musique de Richard Skelton (A Broken Consort) grince quelque peu aux oreilles, déclinée qu’elle est dans une tentation folk acidifiée sans la moindre compromission. Les premiers moments de surprise passés, le psychédélisme abrasif de ses cordes frottées se jette à corps perdu dans des harmonies d’une revêche beauté, embaumées d’un spectre nuptial épris d’Eyes Like Saucers et Hala Strana.

 

En écoute sur Boomkat

Deux mp3 : Richard Skelton Weight of Days

Richard Skelton Fold

Un disque : Richard SkeltonMarking Time (Preservation)

02/12/2008

AGF, en dragon du dance floor

agf-dancefloordrachenLe nom d’AGF, alias initialisé de la Berlinoise Antye Greie, sonne d’une familiarité très relative, sans guère de rapport avec les immensément populaires Radiohead. Dans la démarche de sa distribution, son cinquième effort Dance Floor Drachen s’inscrit toutefois dans une même démarche de distribution, le téléchargement libre où qui veut bien passe à la caisse. Directement écoutables depuis ce site, les tracks de la productrice née en RDA intègrent subtilement l’héritage de Matthew Dear et de Gustav, tantôt electro pop, tantôt electronica minimaliste, haute teneur en classe assurée. Allez, on fait péter le compte Paypal, c’est bientôt la Saint-Nicolas…

 

Un disque : AGFDance Floor Drachen (AGF Producktion)

30/11/2008

Antony & The Johnsons - Another World EP

antonyandthejohnsons-anotherworldNous sommes en 2050, quelque part entre Mars et Monceau-sur-Sambre. Demi-siècle aidant, le JDBV de service passe en revue les noms qio ont compté en ces cinq décades marquées par la disparition définitive du support physique, seuls quelques nerds déphasés continuant d’encombrer leurs appartements de piles gigantesques entassées sur d’antiques armoires Ikea. Homme ordonné, notre esthète musicien débute par la première lettre, décorée d’un élégant baroquisme en parfaite adéquation avec la subtilité vocale d’un certain Antony Hegarty, incontournable androgyne dont le timbre de contralto marqua son temps, notamment sur un second album I Am A Bird Now vite légendaire. Nous sommes bientôt en 2009, un nouvel EP Another World bouleverse autant qu’il convainc, il nous dévoile surtout l’immense richesse d’un artiste dont le chemin n’a pas fini de nous surprendre. Hope there is someone who takes care of me.

 

En écoute sur MySpace

Un mp3 : Antony & The Johnsons Another World

Un EP : Antony & The Johnsons Another World (Rough Trade)

25/11/2008

Yellow Swans, for ever

yellowswans-deteriorationDésormais officiellement dissous au bout de sept années de folies sonores sans limites, les uniques Yellow Swans n’en ont heureusement pas terminé avec leur discographie, et c’est un délice de l’écrire du bout son clavier. Nouvelle étape officielle de Pete Swanson et Gabriel Saloman – une version en cassette était déjà sortie en 2007 – Deterioration voit le duo de Portland meilleur que jamais, ses éternels drones mâchouillant des restes de mélodies surgies d’un day after apocalyptique. En attendant le vrai disque d’adieu, prévu l’an prochain, snif…

 

En écoute sur Boomkat

Un mp3 : Yellow Swans Broken Eraser/Time Stretch (Extrait)

Un disque : Yellow Swans Deterioration (Modern Radio)

23/11/2008

Machinefabriek – Dauw

Machinefabriek – DauwLe meilleur de Machinefabriek, c’est cette pure merveille qu’est l’EP Dauw, paru sur le label allemand Dekorder. Entièrement construit sur quelques notes de guitare acoustique ou de piano entremêlées à des samples de disques noirs (ce qui nous ramène à un autre EP essentiel, le Stunt de Giuseppe Ielasi), le disque subit, en toute apothéose, les craquements originels de sa matière première vynilique. Tout en dépossédant les oripeaux traditionnels du folktronica ou de l’ambient, Roger Zuyderveldt ne néglige aucun détail sonore, tous d’une beauté follement saisissante de justesse harmonique. Enorme, tout simplement énorme.

 

En écoute sur Boomkat

Un mp3 : Machinefabriek Fonograaf

Un disque : Machinefabriek Dauw (Dekorder)