23/03/2013

Pixel – Mantle

pixel-mantle.jpegVieux client de la maison Raster-Noton qu’il fréquente depuis 2003, Pixel (aka Jon Egeskov) affiche une fréquence de métronome – un disque tous les trois ans – à l’image de sa musique. Totalement à son aise dans l’esthétique technoïde desséchée du label cher à Frank Bretschneider, le producteur danois inscrit ses beats dans les enceintes d’Alva Noto et Grischa Lichtenberger – avis à ceux qui ont pleinement goûté à l’excellent And IV [Intertia] du dernier cité. Toutes en déclinaisons rythmiques pointillistes, imaginez un tableau de Paul Signac transformé en mode digital par les Mouse on Mars dans un studio post-moderne de Chemnitz, les déclinaisons pluri-ascensionnelles de son Mantle convainquent et perdurent dans leurs fondements, entre sauts de puce robotisés et inquiétude cybernétique. Kapiert ?

 

Un disque : PixelMantle (Raster-Noton)

02/06/2009

Pixel – The Drive

pixel-thedriveTroisième essai du Danois Jon Egeskov aka Pixel, The Drive se veut avant tout une traversée imaginaire des Etats-Unis en voiture et cela importe finalement peu. Marqué d’un degré de longitude et de latitude (du sud vers le nord), chaque track explore l’implicite de la situation, telle qu’elle pourrait avoir été vécue à un instant T et à une heure H. Laissant à l’auditeur le soin de construire sa propre vision d’un aussi vaste territoire, l’électronicien scandinave n’impose nul cliché électronique et ses abstractions minimales ouvrent bien des fenêtres sur la diversité des horizons géographiques du pays de l’Oncle Sam, à la condition expresse de transpercer les certitudes métaphysique qui sous-tendent nos fichues habitudes d’écoute.

 

Un disque : Pixel – The Drive (Raster-Noton)


+43° 39 25.60 -110° 42 10.10 - Pixel

+40° 42 24.12 -73° 59 51.18 - Pixel