09/11/2010

Senking – Pong

senking-pong.jpgQu’un label expert dans l’electronica de haut-vol goûte aux joies ténébreuses du dubstep – le très influent Raster-Noton pour ne pas le nommer – voilà qui n’a rien de bien étonnant. Même si la maison de Carsten Nicolai & co n’intègre que très tardivement les deep basses typiques du genre né à South Croydon, le résultat est à mille lieues des horreurs récentes entendues de l’autre côté de la Manche, en premier le très putassier Outside The Box de Skream. Référence au classique du jeu vidéo, Pong déroule en neuf titres d’une somptueuse – et inquiétante – beauté sonore – un groove lentissimo sensuel, bien que perché dans un au-delà qui séparerait Mullholland Drive de DJ Distance, le tout dans un ancien bunker berlinois ressuscité en pleine guerre froide. Maniaques et sombres, parfois même flippantes (Painbug In My Eye), les atmosphères développées par Senking ne témoignent toutefois nullement d’une quelconque nostalgie pour un âge d’or dubstep entonné par Vex’d, Milanese ou DJ Hatcha. Au contraire, ancré dans une tradition électronique germanique qui relie le fil d’Aleph-1 à Mika Vainio (qui est certes finlandais) s’évadant du côté des docks de Hambourg une nuit froide de novembre, le cinquième numéro de Jens Massel pour le compte du label de Chemnitz est à marquer d’une pierre dark.

 

Un disque : Senking – Pong (Raster-Noton)
Read full review of Pong - SENKING on Boomkat.com ©