27/10/2010

Sid LeRock – Tout Va Bien

sidlerock-toutvabien.jpgAvouons-le, chaque étape de la discographie du label Shitkatapult nous vaut sa dose de stress pré-auditif. Aurons-nous droit à une avalanche de gros beats martiaux qui donnent la nausée (T.Raumschmiere) ou à de la dentelle électro-pop de haute volée (Judith Juillerat) ? Une quarantaine de minutes plus tard, la solution à notre dilemme est heureusement nuancée. Voguant quelque part entre les vagues d’une techno mortifère – bien que secouant les palmiers berlinois en hiver – Tout va Bien jette un regarde drôlement cynique sur le monde de la nuit. Mariant le rock et l’électro-pop aux sons virtuels, le Franco-Canadien Sheldon Thompson aka Sid LeRock (et alias Pan/Tone) utilise globalement son inspiration à bon escient – fût-ce t’elle à géométrie variable (tel sur l’inutile Pow Wow). Heureusement, l’exception confirme la généralité. Ainsi, Still Life ne déparerait pas du côté d’un Monika Enterprise bis où les mecs auraient pris le pouvoir, tandis que La Guidoune ravira les fans de toutes les compilations Kompakt. Qui se pâmeront devant Incliner et sa rythmique digne de M. Wolfgang Voigt.

 

Un disque : Sid LeRock – Tout Va Bien (Shitkatapult) SID LeROCK "Tout Va Bien" album on (shitkatapult 2010) by Sid LeRock aka Pan/Tone

30/06/2009

Das Bierbeben – s/t

dasbierbebenElle est pleinement décomplexée, la pop électro-punk des quatre joyeux drilles de Das Bierbeben, et ça fait un réel bien de se soulager – non, pas ce que vous imaginez – sur les élans tubesques d’un Dunkle Tage. Chanté en allemand, avis aux germanophiles, à l’exception du peu convaincant Behind The Green Door, le troisième opus de Julia Wilton et ses potes ne se prend pas pour ce qu’il n’est pas, et ne s’imagine pas un seul instant en sauveur de la scène indépendante, encore que ses sympatoches mélodies finissent vite par trotter dans un coin de la caboche. Frère de cœur des Lillois de Gomm, le quatuor teuton déroule, sans se prendre la tête ni coup férir, des mélodies éprises de bonne humeur et de liberté. Quelque part à la croisée des chemins d’une électro-clash customisée à la Neue Deutsche Welle (Andreas Dorau, tout ça) et au Kraftwerk, on passe un bon moment sans prétention, bien loin des horreurs pompières du Daan de ces dernières années. Que nous faut-il de plus ?

 

Un disque : Das Bierbeben – s/t (Shitkatapult)

Wie ein Vogel - Das Bierbeben

Der König - Das Bierbeben

14/08/2008

Apparat – Things To Be Frickled

apparat-thingstobefrickledArtiste majeur de la scène électronique, formidable machine à danser lorsqu’il est aux manettes (ceux présents un soir de 2006 au Beurs s’en souviennent encore), Sascha Ring aka Apparat avait attaqué l’an dernier le versant le plus dance de la pop, ça nous avait valu l’an dernier le redoutable Walls. Composé de deux disques, le présent opus évolue en miroir entre le producteur et toute une clique d’amis électroniciens, dont quelques fameux représentants de leur caste (Nathan Fake, Paul Kalkbrenner, Lusine, Thomas Fehlmann, usw.). Sur le premier cd, ce sont les amis de M. Ring qui passent sous les doigts (ou plutôt la console) remixeurs du meilleur ami d’Ellen Allien, qui vient d’ailleurs donner un coup de main sur l’incroyable Queer Fellow de Paul Kalkbrenner. Logiquement, le second volume voit les toujours étonnants Modeselektor (qui renvoient le très dancefloor Holdon au fond d’une grotte digitalisée) et autres Boys Noize rendre la pareille, pour des remixes d’un enthousiasme variable, bien que convaincant. Un bel exercice de name dropping, qui plus est.

 

En écoute sur Boomkat

Un mp3 : Paul Kalkbrenner – Queer Fellow (Ellen Allien & Apparat remix)

Un disque : Apparat – Things To Be Frickled (Shitkatapult)

22/08/2006

Das Bierbeben – Alles Fällt

Il y a deux ans, le tremblement de bière (traduction littérale de Das Bierbeben) proclamait sur son premier album Schlag deinen Fernseher kaputt (bousille ta télé). Le ton n’a pas changé, il est toujours aussi politiquement abscons (Im Kreis) et le duo féminin berlinois de déclamer sur un ton électro-pop à la Ms. John Soda ‘Die Welt ist betäubt / Betäubt und narkotisiert / Erstarrt und paralysiert (le monde est abasourdi/abasourdi et sous narcotiques/engourdi et paralysé). Le ton est donné, entre paroles philosophico-sociales du duo féminin et arrangements très electro-pop teutonne, des mélodies ultra-solides se glissent sans coup férir entre le marteau et l’enclume et, surtout, une fausse légèreté donne des envies de se repasser le disque d’avant en arrière, à moins que ce ne soit l’inverse. Dans un univers où la formule musicale de la formation de Stephanie Böhm croise la cambrure extravertie des Cobra Killer (Bis Die Liebe Nicht Mehr Weh Tut), l’envie de se trémousser prend le dessus, tant la danse des tubes nous entraîne dans une ronde écartelée entre Kreuzberg et Tempelhof. Et puis, peut-on réellement souhaiter du mal à deux si charmantes demoiselles qui nous promettent la vie éternelle ?

 

En écoute sur Juno

En écoute sur LastFM

Un disque : Das Bierbeben – Alles Fällt (Shitkatapult)

25/01/2006

MP3 : Judith Juillerat – Slacktime

Pour télécharger le morceau en écoute depuis deux jours, suivez le guide et aussi l’article sur Octopus.

 

Un mp3 : Judith Juillerat Slacktime

Un disque : Judith Juillerat Soliloquy (Shitkatapult)