17/11/2010

Squares On Both Sides – Salt Meadows

SQ_SM_Cover_150.jpgHomme connu pour la retenue mélodique de son œuvre folk aux structures réductionnistes, Daniel Bürkner aka Squares On Both Sides enrichit quelque peu son propos dans ses habits de 2010. Intégrant, outre son habituelle guitare acoustique, des instruments à la présence discrète bien qu’affirmée (un piano, un ukulélé, un mélodica mais, aussi et surtout, de l’electronica), le Munichois joue au Légo dans son univers, décorant subrepticement la mélancolie jamais simpliste de son propos de touches de couleurs pêchées au début de l’automne. Envisageant la nature dans un processus infini où Marcus Fjellström poserait la nappe à carreaux sur la terrasse de Sylvain Chauveau, plus précisément au son du Singular Forms (Sometimes Repeated) du musicien français, Bürkner invite à la méditation personnelle. Toutefois, à la différence notable de Chauveau sur son dernier album, la vision de SOBS est davantage empreinte de chaleur, fût-elle légèrement triste (sans être tourmentée). Et sans jamais nous serrer le cœur, la musique de Salt Meadows nous invite, lentement mais sûrement, à la table de notre hôte, tel un vieil ami qu’on aimerait mieux connaître s’il ouvrait tout grand le champ/chant de ses nouvelles perspectives.

 

Un disque : Squares On Both Sides – Salt Meadows (Own Records)

29/03/2009

Squares On Both Sides – Indication

squaresonbothsides-indicationLe nom de Daniel Bürkner, alias Squares On Both Sides, timide teuton aux accents folk(tronica) d’une touchante sincérité fragile, rappellera – peut-être, pas sûr – quelques souvenirs des visiteurs d’une des dernières éditions du RhâââLovely Festival, qui avaient découvert ce jour-là un jeune homme introverti caché derrière une guitare trop petite pour sa grande carcasse longiligne. Trois (ou quatre ?) années plus tard, l’impression scénique mitigée laisse la place, définitivement acceptons-en l’augure, à des chansons d’une acuité mélodique discrète et remarquable de longueur en oreille, au bout de quelques écoutes cependant. Au-delà des références trop faciles (Nick Drake, Elliott Smith) que des chroniqueurs fatigués balancent à chaque jeune homme muni d’une guitare acoustique, l’univers précieux – au sens cardiaque du terme – du songwriter allemand s’enrichit de field recordings d’une absolue sobriété (enregistrés à Kyoto), parfois enveloppés d’une electronica tout sauf traumatisante pour les tympans. Quand d’autres instruments tentent une incursion, à l’image du mélodica doucereux de Temples 2, la promenade zen du Munichois achève de nous convaincre de dérouler le tapis de prière sous l’arbre de printemps, pouces et indexes joints vers un avenir qu’on lui souhaite radieux et contemplatif.

 

Un disque : Squares On Both SidesIndication (Own Records)


Pripyat - Squares On Both Sides

Author - Squares On Both Sides