14/11/2009

V/A – XVI Reflections On Classical Music

xvi_reflectionsŒuvre d’un immense passionné des musiques sous toutes leurs formes, le patron du label berlinois Nonine, Me Raabenstein, les seize réflexions présentées n’ont pour seul trait commun que la qualité, supérieure et la beauté, admirable. Rassemblées sans la moindre prétention musicologique ni stylistique, le terme classique recoupant aussi bien le néo-classicisme electronica de Takeo Toyama que l’ambient techno de GAS (le génialissime Zauberberg IV), l’ensemble des compositions est de plus haut niveau musical tout en demeurant très accessible.

Outre quelques personnages (re)connus, dont notre chouchou Sylvain Chauveau et son magnifique Il Fait Nuit Noire A Berlin, ainsi que l’incontournable Max Richter sur le très cinématique Arboretum, la compilation regroupe également des artistes moins fréquentés. Un exemple ? Direction plage treize quand le Californien Akira Rabelais nous gratifie d’un air vocal très mystérieux, où un chœur de la Renaissance se verrait projeté dans l’espace en 2050. Expérimental peut-être, réussi sûrement. D’autres noms, parmi nos favoris (Alva Noto & Ryuichi Sakamoto, Philip Glass, Gavin Bryars, Ryan Teague, Hauschka) viennent compléter ce panorama exemplaire, introduction rêvée aux musiques de notre temps.

 

Un disque : V/A XVI Reflections On Classical Music (Universal)


Daydream - Lawrence

1382 Wyclif Gen. II. 7 - Akira Rabelais

13/03/2009

Takeo Toyama reprend ses Etudes

TakeoToyama-EtudesAvant tout "connu" et apprécié pour son album Hello 88, paru en 2001 sur le label allemand Karaoke Kalk, le musicien japonais Takeo Toyama n’a guère d’équivalent en matière de tonalité néo-classique fondue de jazz de bonne humeur. Bien sûr, son approche ludique et sensorielle évoque l’écho d’un certain Pascal Comelade, grand pourfendeur de culture nipponne, soit dit en passant. Tout en n’étant pas exempte d’un certain pastoralisme, on songe parfois aux Tableaux d’une Exposition de Moussorgsky sur le morceau Nancy, la verve ludique de l’homme d’Osaka est une très bonne raison d’approcher sur la réédition de ses Etudes. De (beaucoup) plus près.

 

Un disque : Takeo Toyama Etudes (Karaoke Kalk)